Réussir porc 18 janvier 2007 à 11h51 | Par Claudine Gérard

TMP et nouvelle grille - Comment s´adapter au nouveau classement

Pour conserver la même plus-value des carcasses, il va falloir vendre des porcs plus ciblés dans la gamme et mieux contrôler le gras. Explications avec Pascal Le Duot et Paul Pommeret d´Uniporc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le remplacement de la TVM (teneur en viande maigre) par le TMP (taux de muscle des pièces) et le changement de la grille de classement changent la donne. Pour conserver la même plus-value, il va falloir cibler davantage le coeur de gamme, à savoir 85-95 kg, éviter les porcs trop légers, et contrôler le gras des carcasses. Ce sont les observations de Pascal Le Duot et de Paul Pommeret, d´Uniporc Ouest, qui s´appuient sur des simulations de calcul des plus-values avec les nouvelles donnes en vigueur depuis le 18 décembre.
« Il faut en fait composer avec deux changements majeurs dont les effets se cumulent : le passage du TVM au TMP d´une part, et la nouvelle grille d´autre part », résument-ils. En premier lieu, le passage au TMP a des conséquences relativement minimes. Rappelons que le TMP est basé sur le poids de muscle des quatre pièces principales (longe, jambon, poitrine, épaule) divisé par le poids de ces quatre pièces, alors que le TVM était ce même poids de muscle divisé par le poids de la carcasse, (chacun de ces rapports étant multiplié par un coefficient très technique, validé par les instances européennes (89 pour le TMP).

« Le TMP est plus précis, plus reproductible que le TVM. Il y a une assez bonne corrélation entre ces deux valeurs, sauf pour les porcs lourds. » S´appuyant sur des millions de carcasses classées par Uniporc Ouest, ils mettent en évidence que l´écart se creuse nettement en défaveur du TMP lorsque les carcasses s´alourdissent. « L´écart moyen est de 1,56 %. Mais à partir de 100 kg de carcasse, il passe à près de 2 % et augmente avec le poids. ».
S´ajoute à cela l´effet de la nouvelle équation, unique pour les mâles et les femelles, qui affecte à la mesure G1 du gras un coefficient négatif de 0,334 alors que dans les anciennes équations TVM, il était de 0,142 pour les mâles et 0,198 pour les femelles. Logiquement, à présent, le gras pénalise donc davantage le classement des carcasses. Par ailleurs, la nouvelle grille pénalise davantage les porcs les plus légers. « Aujourd´hui, ces carcasses de 75-80 kg représentent 5,3 % des abattages sur la zone Uniporc. Ce sont elles qui seront les plus pénalisées par la nouvelle grille et affecteront la plus-value générale du lot. » Les éleveurs devront donc trouver un compromis entre la livraison de porcs trop légers et la gestion des fins de lot.

Viser des lots encore plus homogènes
Enfin, le « coeur de gamme » qui se situe entre 85 et 95 kg et qui est le plus rémunérateur, devra être davantage ciblé. Aujourd´hui, sur les carcasses pesées par Uniporc Ouest, 48,5 % des porcs se trouvent dans cette fourchette de poids.
D´une manière générale, le mot d´ordre est la recherche d´homogénéité des lots dans une gamme plus resserrée. Reste cependant le cas des porcs lourds et des issus de multiplication, en général plus gras, qui sortent de ce schéma général.
TMP et nouvelle grille vont donc obliger les éleveurs et leurs structures à s´adapter.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui