Réussir porc 06 mai 2005 à 15h23 | Par Claudine Gérard

Testées à la station des Cormiers - Les rampes à pendillard assurent la meilleure répartition du lisier

Les tests réalisés à la station des Cormiers montrent que les rampes à pendillards permettent une répartition du lisier au sol très satisfaisante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Quatre épandeurs de lisier équipés de rampes à pendillards ont été testés à la station des Cormiers, à Saint-Aubin des Cormiers. Jean-Yves Cosnier, ingénieur, conclut que « toutes ces machines peuvent travailler correctement. Toutefois, un épandeur de lisier possède sa propre plage de travail, c´est-à-dire la dose par hectare minimum et maximum ». Les tests ont, en effet, mis en évidence une répartition du lisier moins satisfaisante à faible débit pour deux modèles de rampes, et à fort débit pour un autre. Mais quoi qu´il en soit, la répartition est meilleure qu´avec les autres matériels testés. Sans surprise, la buse à palette simple (orifice de 60 mm) testée aux Cormiers peine à satisfaire une répartition correcte du lisier. « Son jet, à une hauteur importante, provoque une pulvérisation du lisier en fines gouttelettes portées par le vent sur une longue distance », analyse Jean-Yves Cosnier qui met en évidence des irrégularités de répartition de lisier sur la largeur. Tout comme avec la buse ras du sol, qui présente des pics importants sur les côtés.
Le dispositif de mesure de la répartition transversale consiste à peser en continu le lisier évacué par chaque sortie, ici avec une rampe à pendillards. ©D. R.

Avec une rampe à buse, pour deux matériels testés à la station, les résultats sont très bons avec de forts débits, mais plus aléatoires avec de faibles débits. « La qualité de la répartition dépend du réglage de position des buses. Mais l´utilisateur n´a aucun moyen pour vérifier le résultat, l´observation au sol de la nappe de lisier étant insuffisante », déplore Jean-Yves Cosnier.
Pour parvenir à ces conclusions, les ingénieurs de la station disposent d´un équipement très spécifique, « le meilleur au monde », annonce même le directeur, Pierre Havard.
Un hangar a été aménagé pour mesurer avec précision la répartition du lisier. A l´extrémité, une fosse est équipée de bacs posés sur des balances, elles mêmes reliées à un ordinateur. Le matériel d´épandage du lisier est approché de cette fosse, et le lisier de chacune des sorties d´épandeur est recueilli dans ces bacs pendant un temps donné. Avec une pesée automatique de chaque bac deux fois par seconde, le système permet de connaître avec précision la répartition transversale en ligne d´un matériel, c´est à dire sa capacité à répartir le lisier sur le sol en bandes.
Le même principe de bacs est utilisé pour la mesure de la répartition transversale d´une buse ras de sol. ©D. R.

Et même de le visualiser immédiatement, grâce au logiciel qui fournit une image et des calculs comme le coefficient de variation (CV), qui quantifie l´homogénéité de la répartition sur la largeur de l´épandage. « Avec le lisier de porcs, l´objectif est d´obtenir un CV inférieur à 20 % », précise Jean-Yves Cosnier.
La station est aussi capable de mesurer la répartition longitudinale du lisier épandu, c´est-à-dire la régularité de la dose tout au long de l´avancement du matériel. Pour y parvenir, le matériel d´épandage est posé sur une plate-forme qui pèse en continu l´ensemble pendant la vidange. Ce qui permet de calculer un débit tout au long de l´épandage, et de le placer dans une zone de tolérance. « Globalement, les résultats sont de bonne qualité, avec des étendues dans la zone de tolérance de 92 à 95 %, des valeurs à comparer à celles obtenues avec du fumier, généralement de l´ordre de 30 % seulement. »
La répartition longitudinale est mesurée en vidangeant à poste fixe, et en pesant en continu l´ensemble de l´équipement. ©D. R.

Les techniciens des Cormiers sont donc équipés pour contribuer à améliorer la qualité de la fertilisation organique. Mais ils répètent aux éleveurs qui épandent leur lisier que, si le choix de l´équipement est déterminant, le calcul de la bonne dose est essentiel. A défaut de se souvenir de la « célèbre » formule « D = 600Q/lv » (cf. « En savoir plus » en fin d´article), les éleveurs pourront avoir recours aux outils mis en ligne sur le site des chambres d´agriculture de Bretagne, www.synagri.com.



En savoir plus
Pour appliquer la bonne dose, la formule de base est : D = 600Q/lv
- D est la dose en m3 par ha
- Q est le débit en m3/mn
- l est la largeur de travail en mètre
- v est la vitesse d´avancement en km/h
Le contrôle du débit est fait par vérification du temps de vidange au champ (bien calculer ou peser le lisier mis dans la cuve).
La largeur de travail est fonction du dispositif d´épandage.
La vitesse d´avancement est calculée à partir du temps pour parcourir une distance donnée (100 m, 200 m.).
Source : Jean-Yves Cosnier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui