Réussir porc 12 novembre 2009 à 11h36 | Par D.Poilvet

Sud Ouest - Un nouvel élevage de sélection Large-White pour Fipso et Nucléus

En créant au Gaec Guillamou, dans les Hautes-Pyrénées, un atelier de sélection Large White de 300 truies, le groupement Fipso renforce son potentiel de sélection et produit des reproducteurs de haut statut sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © dp

Le site se situe à l’écart du village, entouré de bois. Au Gaec Guillamou à Oroix (Hautes-Pyrénées), pas besoin de filtration aux entrées d’air. L’élevage est naturellement protégé des contaminations aériennes. « C’est l’un des aspects qui nous a incité à y créer un atelier de sélection Large White à haut statut sanitaire », explique Laurent Casaubieilh, technicien au groupement Fipso. Le profil des éleveurs a également convaincu le groupement du bien fondé de leur choix. Félix et Michel Fontarrabie sont producteurs de porcs depuis 1984, date de la création d’un atelier de 70 truies naisseurengraisseur. Mathieu, installé en 2007 et Simon, qui rejoindra prochainement l’exploitation, constituent la relève et sont passionnés de cochon. Mathieu a notamment réalisé son stage d’installation chez Guy Dartois, le président de Cooperl Arcatlantique, qui possède aussi un atelier de sélection Large White lignée femelle. Pour réaliser leur projet, l’ancien atelier naissage situé dans le village a été abandonné. L’ensemble des bâtiments se retrouve sur le même site, avec un bloc naissage de 300 truies neuf aux normes bien être et 1360 places d’engraissement, en complément d’un bâtiment existant de 900 places. « Nous avons totalement vidé et désinfecté le site, avec une vidange totale des fosses et des préfosses, suivie d’un lavage complet et de plusieurs désinfections », indique Mathieu Fontarrabie. L’objectif est d’obtenir les conditions idéales d’un dépeuplement-repeuplement et d’accueillir le nouveau cheptel sur un site vide, propre et désinfecté. Les cochettes proviennent d’un autre élevage de sélection Large-White du schéma Nucléus, lui-même d’un haut statut sanitaire. Elles sont indemnes des principaux contaminants respiratoires (pasteurelles, bordetelles, mycoplasme.) ainsi que du virus responsable du SDRP(1). "Le haut statut sanitaire devient obligatoire au niveau de la sélection et de la multiplication pour pouvoir diffuser des reproducteurs », justifie Laurent Casaubieilh. « Il constitue aussi un atout pour les éleveurs Fipso, dans le but d’améliorer les performances de croissance et d’indice de consommation. » En rythme de croisière, l’élevage disposera de 200 truies en sélection et de 100 en multiplication. Les premières cochettes sont arrivées en juillet 2009. Les reproducteurs seront diffusés à partir de juin 2010.

(1) La région Aquitaine est indemne de SDRP grâce à une prophylaxie sanitaire mise en place depuis 1993 par la profession.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui