Réussir porc 09 février 2006 à 16h10 | Par Claudine Gérard

Station expérimentale de Crécom - Deux élevages « caillebotis » et « litière » sur un même site pour privilégier l´approche globale

Le nouvel élevage de la station expérimentale de Crécom à Saint-Nicolas du Pélem (22) est divisé en deux blocs similaires, l´un sur litière, l´autre sur caillebotis. De par la grande modularité des équipements, cet outil permettra une approche globale de la conduite d´élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´élevage de 135 truies de la station expérimentale de Crécom à Saint-Nicolas du Pélem (Côtes-d´Armor) vient d´être refait à neuf. Construit sur l´ancien site entièrement rasé, il a été inauguré le 9 décembre dernier. « Datant de 1974, l´ancien élevage de la station expérimentale de Crécom était devenu vétuste et inadapté à la recherche », explique Paul Auffray, président de la commission régionale porc. « Le projet a été longuement discuté et débattu. Pendant près de dix années, précise-t-il. Sa conception a été réfléchie de façon à apporter des réponses qui soient les plus concrètes et précises possibles, tout en tenant compte de la globalité de l´élevage. » C´est l´étude « systèmes » qui a été privilégiée.
La station expérimentale va permettre une totale mise en parallèle de deux élevages qui fonctionneront de manière synchronisée et indépendante sur un même site : un système « conventionnel évolué » sur caillebotis intégral sur lisier frais et un système « alternatif » sur litière paille ou sciure (seules les maternités restent sur caillebotis). « Il sera alors possible de mesurer de façon objective et précise, l´impact des deux systèmes d´élevage sur les performances, le sanitaire, le bien-être, les conditions de travail, les coûts de fonctionnement ou l´environnement. »
La station expérimentale de Crécom a été remise à neuf fin 2005. ©A. Puybasset

Deux blocs identiques conduits en parallèle
Le troupeau de 135 truies (114 productives pour 2430 porcs charcutiers vendus par an) est réparti équitablement entre les deux blocs « caillebotis sur lisier frais » et « litière », conçus de manière quasiment identique. Chacun d´eux comprend un bâtiment gestante, maternité et post-sevrage et un bâtiment engraissement. Les trois salles de verraterie-gestation de 24 places, l´une en alimentation en Dac, les deux autres en réfectoire avec courette, sont suivies de deux salles de maternité de 10 places et de deux salles de post-sevrage de 110 places chacune. Les bâtiments engraissement comptent six salles de 84 places (une partie des porcs est élevée à façon). Par sa structure et ses équipements, cet outil offre une grande modularité expérimentale. Ne serait-ce qu´au niveau de l´alimentation en engraissement. Deux systèmes d´alimentation cohabitent dans chaque système d´élevage : alimentation sèche au nourrisseur et en soupe à l´auge. Chaque salle est équipée d´un double circuit d´alimentation qui permettra de tester deux aliments.
Le bâtiment d´engraissement conventionnel comprend également deux salles de cases de six porcs, alimentés manuellement pour les besoins d´expérimentation. L´effet de la densité va également être étudié. Dans le système sur caillebotis, deux densités sont appliquées : 0,37 et 0,57 m2 par porc en post-sevrage, 0,7 et 1 m2 par porc en engraissement.
Mesure des flux d´eau et de déjections
Les deux systèmes conventionnel et alternatif seront bien séparés. Une truie ayant commencé sa carrière dans un des systèmes ne pourra à aucun moment passer dans l´autre, il en est de même pour sa descendance. Même le bâtiment de mise en quarantaine est séparé en deux parties. A chaque salle de PS est attribuée une salle d´engraissement, ce qui permettra d´évaluer les performances d´un porc, de sa naissance à l´abattage.
« Chaque système sera étudié dans sa globalité. Tout ce qui rentre et sort d´une salle pourra être mesuré », explique Frédéric Paboeuf. Cela sous-entend des pesées d´animaux rentrant et sortant, de l´aliment, de la litière mais également la mesure des flux d´eau et de déjections. « Cela permet d´étendre les essais alimentaires ou de conduite d´élevage jusqu´aux déjections. » Pour cela, les eaux de lavage et de lisier sont collectées séparément. Des mesures d´émissions de gaz et de poussières pourront être réalisées. Chaque salle est équipée d´un compteur d´eau et d´électricité. Les temps de travaux seront quotidiennement enregistrés.

Les mesures de protection sanitaires sont renforcées. La douche est obligatoire pour rentrer dans l´élevage. La tenue d´élevage est spécifique à chaque bâtiment (utilisation d´un code couleur des vêtements). Aucun véhicule ne pourra entrer dans l´enceinte de l´élevage, un télescopique sera affecté à l´élevage pour apporter la litière.
La dimension pédagogique et de communication de cet outil expérimental n´a pas été oubliée. Pour faciliter les visites, tout en garantissant une bonne maîtrise sanitaire, tous les bâtiments sont équipés d´un couloir de visite et de fenêtres extérieures qui permettront au visiteur d´observer l´intérieur des salles.
Le site compte 32 silos. ©A. Puybasset

Résultats dès 2007
Les premières études prévues sur 2006.
 Evolution sanitaire des deux systèmes d´élevage
 Comportement des truies dans leur nouvelle sphère de vie
 Modalités d´adoption des porcelets en maternité
 Impact du mode de logement en gestation sur la consommation en maternité
 Surfaces offertes aux animaux et signes de bien-être
 Optimisation des plans d´alimentation en gestation et en engraissement
 Quantification de flux de lisier et de litière par système d´élevage

Chiffres clés
La ferme expérimentale de Crécom :
 135 truies naisseurs-engraisseurs (114 productives)
 75 vaches laitières, quota de 600 000 litres
 40 vaches allaitantes
 135 hectares de SAU dont 91 ha en herbe, 27 ha en maïs ensilage, 10 ha de blé

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,