Réussir porc 16 juillet 2004 à 11h22 | Par Claudine Gérard

Résultats d´Uniporc Ouest 2003 - Moins de carcasses classées et plus de TVM

En 2003, le nombre de carcasses pesées et classées par Uniporc Ouest a globalement baissé de 0,7 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Tandis que le TVM et les plus-values ont fortement grimpé, probablement sous « l´effet Piétrain »
«Entre 1997 et 2004, les poids de carcasse ont augmenté de 4 kg, mais le TVM a encore progressé. C´est la preuve de la technicité des éleveurs et de leurs environnement », applaudit Paul Pommeret, directeur d´Uniporc Ouest, au cours de l´assemblée générale du 26 mai, à Ploufragan. En effet, en 2003, le TVM a encore grimpé pour atteindre 60,6 (contre 60,3 en 2002). Et ce n´est pas fini ! Pour les quatre premiers mois de 2004, il est encore en progrès de 0,3 point (60,9), « très probablement en relation avec la percée du Piétrain dans les élevages », analyse Paul Pommeret qui salue le fait que les éleveurs aient su maîtriser l´adiposité des carcasses. « L´écart entre G1 et G2 reste constant, à environ 1,7 mm, tandis que le M2 progresse de 3 mm : de 54 à 57 ». Il s´en suit une amélioration non négligeable de la plus-value qui passe de 11,8 centimes en 2002 à 12,3 centimes en moyenne en 2003. et 12,7 centimes début 2004.

Autre point de satisfaction pour Uniporc Ouest, 98,4 % des tatouages sont lisibles, preuve supplémentaire du professionnalisme des éleveurs.
En revanche, les chiffres d´abattage sont en léger recul : avec exactement 20 199 449 porcs abattus en 2003 contre 20 326 800 en 2002, ce recul est de 0,7 %. Il est plus élevé pour les animaux de réforme (-5 %), « essentiellement à cause d´abattages hors zone Uniporc Ouest », analyse Paul Pommeret.

Au delà de ces chiffres, Paul Auffray, président d´Uniporc, n´a pas manqué de rappeler que, s´il y a 20 ans, les éleveurs ont réussi à mettre sur pied cette organisation, « tout ne s´est pas fait sans difficulté », invitant les éleveurs, les abattoirs, les salaisons et la grande distribution à travailler ensemble, dans le respect de l´autre. Le président a rappelé qu´Uniporc Ouest ne sera pas absent des débats autour des sujets « très chauds » que doit traiter Inaporc.

La classification des carcasses reste évidemment une préoccupation majeure d´Uniporc Ouest qui poursuit sa réflexion sur l´évolution à venir des systèmes de pesée-classement qui n´utiliseraient plus de méthodes invasives (aiguilles). Selon Paul Auffret, les études se portent aujourd´hui sur la visionique, c´est-à-dire l´analyse d´image. Elles sont menées sous l´égide de l´Ofival, en collaboration avec Le Cemagref et l´Ubap.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui