Réussir porc 02 mars 2006 à 17h35 | Par Claudine Gérard

Respect de l´environnement - A l´horizon 2010, l´Europe doit réduire ses émissions d´ammoniac

Cette année, le forum DSM était consacré à la réduction des émissions d´ammoniac en relation avec la future réglementation. Les solutions existent mais ont un coût.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 1990, les émissions d´ammoniac ont dépassé 3,5 millions de tonnes dans l´UE à 15. Ce qui a généré un dépôt moyen de 18 kg d´azote par hectare et par an. Ce sont des données fournies par Gilberto Litta, responsable européen de DSM, au cours du forum organisé par la firme à Ploufragan en novembre dernier. Plus précisément, il avance qu´en 2000, ce dépôt d´azote par hectare et par an a été de 10 à 15 kg au Danemark, 25 à 30 kg en Belgique, tandis qu´en France, ces quantités sont de 15 à 20 kg dans l´Ouest et 20 à 25 kg dans l´Est.
Or, en 2010, l´UE à 15 devra avoir réduit ses émissions d´ammoniac de 13 %, soit une diminution de 468 milliers de tonnes. Une directive (2001/81) fixe précisément la contribution de chaque pays dans cette lutte contre les émissions d´ammoniac. Présenté au forum DSM, le tableau récapitulatif montre que ce ne sont d´ailleurs pas les pays les plus forts émetteurs qui sont sommés de réduire le plus leurs émissions.

Premier producteur d´ammoniac, la France se voit contrainte d´abaisser ses émissions de 3 %, tandis que pour les Flandres et les Pays-Bas, c´est une réduction de 44 à 45 % qui est attendue pour 2010. Même si sa contribution varie selon les pays, c´est bien l´agriculture et surtout l´élevage qui constitue la première source d´ammoniac en Europe. En France, selon Nadine Guingand, 97 % de l´ammoniac est d´origine agricole, et 78 % provient des élevages. La situation est quasiment identique dans les autres pays européens, avec une contribution de l´élevage comprise entre 65 % (Allemagne) et 90 % (Belgique).
Plus précisément, ce sont les bovins qui sont les premiers émetteurs d´ammoniac. En tout cas en France. Nadine Guingand rapporte que les vaches laitières et les autres bovins émettent 50 % de l´ammoniac (1999), tandis que le porc (truies et porcs à l´engrais) ne contribue qu´à hauteur de 8 % aux émissions. La situation serait toutefois différente en Flandres où le porc dégagerait la moitié de l´ammoniac d´origine agricole, et aussi au Danemark pour lequel Niels Kjeldsen, du Danish Bacon and Meat Council, calcule que l´élevage porcin danois est responsable à lui seul de 13 % de l´émission totale européenne d´ammoniac, et contribue à un dépôt de 2,4 kg d´azote par hectare européen et par an. C´est probablement la raison pour laquelle les principales réglementations européennes pour la réduction des émissions d´ammoniac ne concernent que les porcs et les volailles, laissant les vaches et bovins à viande libres d´émettre comme avant. C´est en tout cas la situation française où a été mise en place la Déclaration des émissions polluantes qui ne concerne que les élevages de porcs et volaille.

Des mesures concrètes pour réduire les émissions
Au Danemark de même, depuis août 2002 les épandages sont plafonnés à 140 kg d´N/ha avec le lisier de porc. et 170 kg avec les déjections bovines. De plus, les effectifs sont limités par hectare à six truies et porcelets sevrés ou 245 porcelets sevrés ou 49 porcs à l´engraissement. « Ce qui explique que de plus en plus d´éleveurs danois s´orientent vers le naissage et que les exportations de porcelets à engraisser vers l´Allemagne soient en progression, avec 3,54 millions atteints l´an passé », souligne Niels Kjelden.
Des solutions existent pour réduire les émissions d´ammoniac issues de l´activité porcine. En France, la Déclaration des émissions polluantes (DEP) prévoit d´ailleurs une liste pré-établie de voies de réduction, assorties de coefficients d´abattements correspondants. Nadine Guingand énumère différentes possibilités : l´adéquation des apports alimentaires azotés aux besoins, le traitement de l´air avec de l´eau, la couverture des fosses, le matériel d´épandage, ou encore l´utilisation de l´additif Vevovitall de DSM dans l´aliment (voir Réussir Porcs, juin 2005). Au Danemark, les mêmes solutions sont proposées, mais de plus, le caillebotis partiel est retenu comme voie de diminution des émissions. « Avec ce système, les émissions sont diminuées de 50 % par rapport au caillebotis intégral », affirme Niels Kjeldsen, se basant sur des essais menés par le National Comittee for Pig Production. Ces essais ont en outre montré que l´association du caillebotis partiel, d´une réduction de l´azote ingéré et d´un système de lavage d´air conduisait au total à une réduction totale de 75 % des émissions d´ammoniac, par rapport à un système classique de logement (4 kg N/LU contre 18 kg).

D´inévitables surcoûts
Si les solutions existent, elles ont évidemment un coût. Au Danemark, cette solution (caillebotis partiel, alimentation et lavage d´air) représenterait 1 à 2 ? par porc, « ce qui n´est pas viable économiquement », juge Niels Kjeldsen. Pour la Belgique, Geert Sturtewagen estime le coût de cette contrainte environnementale à environ 1,10 ? par porc. Mais la grande différence tient au fait que, selon lui, ce sont les frais liés à l´épandage et la recherche de terres qui constituent l´essentiel des surcoûts.
Si les quelques pays du nord de l´Europe représentés au cours de ce forum considèrent donc ces contraintes comme des charges, ce ne fut pas le cas de Bryan Hardy, conseiller nutritionniste aux USA. Provocation ou réalité, il concluait la table ronde en affirmant qu´aux USA, chaque État avait sa propre réglementation en matière d´environnement, mais que toutes les solutions susceptibles de contribuer à la diminution des rejets - phytases, biphase. - étaient adoptées pour leur intérêt économique en tant que solutions nutritionnelles, et ne pouvaient être considérées comme des surcoûts liés à l´environnement. avant de préciser qu´en novembre, aux États-Unis, les coûts de production des grandes firmes s´établissaient à 0,65 ? par kilo de carcasse, pour un prix de vente de 1,25.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui