Réussir porc 17 août 2007 à 12h48 | Par Dominique Poilvet

Rentabilité des élevages - Le prix de l´aliment détermine le coût de revient

En 2006, l´aliment représentait 56 % du coût de revient des élevages de porcs français. C´est ce que révèlent les Données GTE - Tableau de bord.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2006, le coût de revient calculé à partir des données GTE - Tableau de bord collectées par l´Ifip a été de 1,23 euro/kg de carcasse, un niveau sensiblement identique à 2005. Sur ces deux années, il est inférieur au prix de vente, mais fait suite à trois années consécutives, où la différence entre les deux critères était négative. Selon une étude réalisée par les chambres d´agriculture de Bretagne, la part de l´aliment dans le coût de revient n´est plus que de 56 %, alors qu´elle était de plus de 60 % en 2004. Une baisse qui s´explique par la diminution du prix de l´aliment, qui atteint 174 euros la tonne en 2006, contre 191 euros la tonne en 2004. C´est une évidence, le prix de l´aliment constitue à lui seul l´explication essentielle du coût de production. La preuve, depuis le début de l´année 2007 la hausse des matières premières a sérieusement dégradé la rentabilité des élevages : selon les dernières estimations des centres de gestion, le coût de production moyen serait aujourd´hui remonté à plus de 1,30 euro du kilo de carcasse sur le premier semestre 2007.
Cinq euros par tonne d´aliment de gagnés abaisse le coût de revient de 1,9 centime/kg de carcasse. ©D. Poilvet

Le second poste du prix de revient est la main d´oeuvre
Sur l´échantillon de 75 élevages bretons qui ont transmis leurs résultats de tableau de bord, le second poste constitutif du prix de revient est la main-d´oeuvre (15 %), suivi des amortissements (8 %). Les dépenses de santé jouent également un rôle non négligeable (5 %). Le renouvellement (3 %), les frais financiers (3 %) et la rémunération des capitaux propres (1 %) pèsent nettement moins lourds.
Chaque année, les chambres d´agriculture de Bretagne éditent un tableau qui chiffre les écarts de marges obtenus en faisant varier les critères techniques majeurs. Sur les bases des résultats 2006, le rôle essentiel du coût alimentaire est confirmé : 5 euros par tonne d´aliment de gagné abaisse le coût de revient de 1,9 centime par kg de carcasse.

Mais l´efficacité alimentaire compte autant : une baisse de 0,1 point de l´indice de consommation global fait gagner 2,2 centimes sur le coût de revient. La productivité des truies reste toujours un puissant levier de rentabilité : 1,2 porc vendu par truie et par an en plus, c´est 4,8 centimes par kilo de coût de revient en moins. Il ne faut pas oublier les critères « secondaires », qui contribuent également au gain de compétitivité des élevages : - 1,1 centime par kilo pour 0,5 point de TMP en plus, - 1,1 centime chaque fois que le taux de perte en engraissement diminue de 1 %, - 0,8 centime pour 5 jours de moins à la vente. Pris dans leur globalité, ces chiffres prouvent qu´il existe des marges de manoeuvre importantes pour améliorer la rentabilité de l´élevage.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui