Réussir porc 28 août 2006 à 17h03 | Par Dominique Poilvet

Recherche de rentabilité - Les bonnes conditions de travail sont payantes

Pour améliorer les conditions de travail en élevage, il y a des méthodes telles que faire appel à un intervenant extérieur, pour trouver des solutions adaptables au contexte de l´élevage. Premiers résultats d´une étude menée actuellement par Action Anact et les chambres d´agriculture de Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´Anact (Agence nationale pour l´amélioration des conditions de travail) et les chambres d´agriculture de Bretagne expérimentent actuellement dans quatre élevages de porcs une méthode d´analyse qui vise à diminuer les risques d´accident et d´usure professionnelles, tout en préservant, voire en améliorant les résultats techniques.
Les premiers résultats de ce travail étaient présentés le 17 mai dernier à Loudéac dans les Côtes-d´Armor, en présence de deux des éleveurs impliqués dans cette démarche.
« Nous partons de deux constats de base, explique Thierry Debuc, chargé de mission à l´Anact Bretagne : d´une part les éleveurs de porcs éprouvent des difficultés à recruter et à conserver leur main-d´oeuvre salariée. D´autre part, la production est confrontée au vieillissement des exploitants, qui veulent préserver leur intégrité physique ».

Le lien entre conditions de travail et performances techniques est également mis en avant : « en production porcine, le travail d´un salarié est très rythmé et très encadré dans le temps. Mais il est soumis à des arrêts fréquents dans ses tâches habituelles, et à des changements de direction, à cause d´événements imprévus. Il doit donc développer ses capacités pour percevoir ce qui se passe dans son environnement, à analyser et à trouver la solution en situations anormales. De bonnes conditions de travail sont donc essentielles pour optimiser ces capacités d´observation et de réflexion ».
Dialogue entre éleveur, salarié et observateur extérieur
D´emblée, Thierry Debuc délimite la portée d´une telle démarche. Sur les champs d´intervention, tout d´abord : santé au travail, risques professionnels, évolution des compétences, ou encore changements et innovations technologiques. Ensuite, sur la manière d´intervenir : accompagnement des éleveurs dans leur travail quotidien, diagnostic court ou encore action collectives, éventuellement avec des partenaires économiques. « Nous ne pouvons pas apporter de réponse globale, chaque élevage étant un cas particulier, prévient-il. Cependant, il est possible au cas par cas de trouver des solutions en appliquant une méthodologie sur la base d´observations et d´échanges entre les éleveurs, les salariés et un observateur extérieur ».
L´amélioration des conditions de travail passe souvent par des solutions très simples, qui vont de pair avec une amélioration des résultats techniques. ©D. Poilvet

Une journée avec l´éleveur et les salariés
Dans le cadre de cette démarche, les observateurs extérieurs sont les ingénieurs des chambres d´agriculture, associés à un intervenant de l´Anact.
Chacun des quatre éleveurs participants a défini la « porte d´entrée » de l´intervention : réorganisation de l´élevage, création d´un nouveau bloc naissage, arrivée d´un nouveau salarié, et conception d´un bâtiment d´engraissement pour diminuer la pénibilité des tâches. « Dans chaque élevage, nous passons une journée entière avec l´éleveur et ses salariés, de manière à observer leur façon de travailler sur un poste défini auparavant avec l´éleveur », explique Jean-Yves Jégou, l´un des ingénieurs de la chambre d´agriculture qui participe à l´opération. Ensuite, place à l´analyse et à la discussion : peut-on arrêter certaines tâches pénibles, peut être inutiles ? Peut-on les adapter, en les automatisant par exemple ? L´organisation du travail peut-elle être revue en répartissant certaines tâches de manière différente ?

« Il ne s´agit pas de faire un état des lieux des conditions de travail, mais de trouver des solutions aux problèmes rencontrés, explique Thierry Debuc. Et surtout, au final, l´action corrective doit permettre un maintien, voire une amélioration des performances techniques. »
Pour les éleveurs participant à cette opération qui témoignaient lors de la réunion, la démarche semble avoir porté ses fruits. Et même si certaines « recettes » ne peuvent être généralisées, elle permettra d´en retirer des enseignements qui seront diffusés par la suite auprès de l´ensemble des éleveurs.

En savoir plus
L´Anact (Agence nationale pour l´amélioration des conditions de travail) a pour vocation d´améliorer à la fois la situation des salariés et l´efficacité des entreprises, et de favoriser l´appropriation des méthodes correspondantes par tous les acteurs concernés.
Elle aide les entreprises et les autres organisations à développer des projets innovants touchant au travail.

Site internet : www.anact.fr
e-mail : Anact.bretagne @anact.fr
Tél. (Thierry Debuc) : 02 23 44 01 44.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui