Réussir porc 01 octobre 2004 à 14h39 | Par Dominique Poilvet

Production porcine - Des coûts très variables pour le prélèvement des verrats à la ferme

Peut-on abaisser les coûts de production en prélevant les verrats à la ferme ? Faute de données fiables, le calcul ne se réalise que sur le montant investi et la main-d´oeuvre nécessaire

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Beaucoup d´éléments sont à prendre en compte pour juger de l´opportunité de se lancer dans le prélèvement des verfrats à la ferme : l´élevage dispose-t-il de places nécessaires pour loger les verrats ? Quel matériel doit on acheter ? La main-d´oeuvre est elle suffisante pour passer du temps à prélever et à conditionner la semence ? La conduite en bande optimise-t-elle l´utilisation des verrats ?
Chez Dominique Jouandet, éleveur à Beaulieu dans l´Orne avec 430 truies, la réponse est claire : le prélèvement rapporte 17,90 euros par truie présente. « Cela fait 8000 euros par an, soit le salaire d´une personne à mi-temps », calcule l´éleveur. A l´origine, la décision de prélever a été motivée par le souci de rentabiliser la main-d´oeuvre présente sur l´élevage. « En juillet 2000, nous sommes passé aux 35 heures en embauchant un nouveau salarié. Il fallait s´adapter à la nouvelle organisation des tâches et trouver des activités sur l´élevage permettant de compresser les coûts ».
« Le matériel le plus important est le photo-colorimètre »

L´achat du matériel s´est monté à 3000 euros, hors les cases et le bâtiment déjà existants. « Le matériel le plus important est le photo-colorimètre, qui permet d´optimiser le nombre de doses en fonction de la concentration de la semence ». Dominique Jouandet apprécie la souplesse que le prélèvement à la ferme procure dans le travail d´insémination. « Nous ne sommes pas à nous demander si une insémination supplémentaire est justifiée ou non ».
Il admet cependant que le contrôle de la qualité de la semence n´est peut être pas le même que celui des centres d´insémination artificielles. « Les performances de reproduction ont été affectées par la canicule de cet été », concède-t-il. « Mais les problèmes venaient-ils des truies ou des verrats » ?
Pour répondre à cette question, il a aménagé une nouvelle verraterie où les animaux seront à l´abri des coups de chaleur. « Pour prélever, la rigueur et le savoir-faire sont indispensables », conclut-il.
Vache de réforme Destinée à la réforme, cette vache de huit ans donne une idée du format des reproductrices du troupeau. ©C. Deloume

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui