Réussir porc 15 avril 2005 à 15h04 | Par Claudine Gérard

Pollution des élevages porcins - L´élevage sur litière diminue les quantités d´azote à épandre

De 50 % à 70 % de l´azote est perdu sous forme gazeuse au cours de l´engraissement de porcs sur litière de paille ou de sciure. Mais on ignore de quels gaz il s´agit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Connaissant les quantités d´azote ingéré, fixées par le porc en croissance, et la teneur des fumiers, Yannick Ramonet, de la Chambre d´agriculture de Bretagne, calcule que, sur paille, entre 49 % et 52 % de l´azote est volatilisé, tandis que, sur litière de sciure en fine couche, c´est 70 % de l´azote qui part ainsi dans l´air pendant la phase d´engraissement. La perte d´azote sous forme de gaz se poursuit pendant la phase de maturation de la filière, « qui, en l´absence de retournement, n´est pas un compostage », précise Yannick Ramonet qui calcule que cet abattement d´azote au cours du stockage est de 30 % pour le fumier pailleux, et 34 % avec la sciure. « En ce sens, l´élevage de porcs sur litière constitue un moyen pour réduire l´azote à épandre », conclut l´auteur. Soit, mais ne s´agit-il pas du déplacement d´une pollution des sols vers l´air ? L´étude ne permet pas de le dire, en l´absence d´analyse du type de gaz sous lequel l´azote est volatilisé. Les auteurs se réfèrent à une étude publiée en 2002, qui montrait que, avec une litière de sciure, l´essentiel de l´azote volatilisé du bâtiment d´élevage l´était sous forme ammoniacale.

Mais ils doivent confirmer ces données selon la gestion de la litière, la ventilation, le type de litière, etc.
Par ailleurs, les études réalisées à la station de Guernevez permettent de préciser les quantités de paille utilisées et de fumier produit. Les apports de paille se sont révélés inférieurs à ce qui est habituellement pratiqué : 65 kg par porc, voire 42 kg dans un bâtiment isolé. En revanche, la quantité de sciure apportée a été supérieure à ce qui est habituellement pratiqué (35 kg contre 20 à 25 kg). Au final, chaque porc sur paille a généré en moyenne 280 kg de fumier dans les bâtiments non isolés, et 172 kg de fumier issu de paille ou de sciure dans les bâtiments isolés en parois et toiture.
Pour en savoir plus
Ces travaux ont été exposés lors de la 37e édition des Journées de la recherche porcine (JRP), qui s´est déroulée à Paris du 1er au 3 février 2005. Les principaux thèmes abordés lors de ces rencontres sont présentés dans le dossier de Réussir Porcs du mois d´avril 2005 (RP nº112, 12 pages).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui