Réussir porc 13 février 2017 à 08h00 | Par Propos recueillis par Claudine Gérard

Passer des flux poussés aux flux tirés

La rencontre organisée à Paris par l'Ifip, l'institut technique de la filière porcine française le 6 décembre 2016 avait pour thème « Les scénarios sur la compétitivité de la filière porcine française ». Le président, Jacques Lemaître, en dégage les principales conclusions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © C. Gérard

Les différentes interventions de spécialistes ont mis en avant les profonds changements auxquels la filière a été confrontée et les enjeux à venir.

En effet, les années 90 ne sont pas si lointaines pour se rappeler du challenge de l'époque qui consistait à assurer l'indépendance porcine de la France.

Globalement la mobilisation des acteurs de la filière, des pouvoirs publics, des financeurs, a vu une production porcine se développer sur l'ensemble du territoire français.

À cette période de flux poussés, l'équilibre offre/demande était rythmé par un cycle du porc, régulé bon an, mal an par des dégagements de carcasses donnant l'illusion d'une politique exportatrice organisée.

Depuis le paysage porcin a bien changé car les crises économiques successives, une réglementation environnementale contraignante ajoutée à des distorsions pratiquées par nos principaux concurrents européens ont façonné les régions de productions, concentré les structures et engendré de nouveaux comportements.

Quels sont ces nouveaux comportements ?

Aujourd'hui, celui qui tient la baguette, c'est le consommateur, qu'il soit français ou international. Il a le même profil, les mêmes exigences, il veut manger sain, élaboré, différencié. De plus il met dans son assiette des considérations sociétales comme l'environnement ou le bien-être animal.

Alors cela change fondamentalement la manière d'aborder le marché de la viande soumis aujourd'hui à la notion de flux tirés.

Concrètement, que signifie cette notion de « flux tiré » ?

Le concept de la fourchette à la fourche bouscule nos pratiques, nos produits, nos réseaux commerciaux.

Tant mieux si la segmentation de notre production est synonyme de diversification, de valorisation, d'innovation technologique, d'image. À plus forte raison quand notre savoir-faire et notre qualité sont reconnus bien au-delà des frontières, nous laissant entrevoir des perspectives de débouchés plus prometteuses qu'hier.

On le voit, notre filière rentre dans une ère nouvelle où chaque acteur est face à ses responsabilités, mieux à même de valoriser ses compétences, ses initiatives pour enfin sortir d'un modèle verrouillé par la guerre que se livrent les distributeurs à coups de promotions et de réduire le produit porcin à un produit low-cost.

Comment se sortir de ce positionnement « low cost » ?

La réussite de notre filière repose aussi sur la capacité des différents acteurs à se faire confiance, à réfléchir collectivement, à chasser en meute, entre autre à l'export. Comme le disait Henry Ford : « se réunir c'est bien, rester ensemble est un progrès, mais travailler ensemble est la réussite ».

Nous avons une boîte à outils interprofessionnelle bien garnie. À nous de nous en servir opportunément. La filière a des richesses, ne les gaspillons pas !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui