Réussir porc 24 octobre 2006 à 14h40 | Par Claudine Gérard

Parcours d´éleveuse - Anne-Marie Crolais, femme engagée et volontaire

Femme agricultrice et militante syndicale, Anne-Marie Crolais est aussi un porte-drapeau pour sa région d´origine, la Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A 54 ans, Anne-Marie Crolais décide de ne pas se représenter aux prochaines élections des Chambres d´agriculture en janvier 2007, et de mettre ainsi un terme à 30 années de syndicalisme où elle s´est investie sans compter.
Son parcours personnel et professionnel est somme toute assez classique de celui d´une génération d´agriculteurs bretons installés dans les années 70. Fille d´une famille nombreuse d´agriculteurs d´Erquy, dans les Côtes-d´Armor, elle épouse Joseph et tous les deux s´installent en 1970 à quelques kilomètres, au lieu dit Bel Hêtre, à Saint-Alban, sur une ferme de polyculture élevage. Ils vont progressivement se spécialiser dans le porc en créant un bloc naissage de 54 truies, supprimant les vaches laitières, créant un engraissement et agrandissant progressivement l´atelier porc pour devenir en 1998 naisseur-engraisseur de 200 truies.

Un développement classique dans le département. Ce qui l´est moins, c´est le parcours syndical d´Anne-Marie. Dès son installation, elle s´investit dans le mouvement de vulgarisation féminine du canton, poussée par son mari, lui-même responsable CDJA à l´époque. Puis, en 1976, elle est élue présidente du CDJA des Côtes-d´Armor et figure au bureau du CNJA. Elle est aussi présidente de la section porcine du CRJA. En 1978, elle est élue membre de la Chambre d´agriculture des Côtes-d´Armor, secrétaire générale de la FDSEA des Côtes-d´Armor, puis présidente de la FDSEA pendant neuf ans en assurant la présidence de la section porcine, et membre de la FNP.
Son enfance lui a probablement forgé un caractère de battante : « Je suis l´aînée d´une famille de huit enfants. Et, petite, je vivais mal le décalage entre notre condition, à la ferme, et celle des habitants d´Erquy, commerçants, artisans. »
Anne-Marie Crolais : « L´engagement est indispensable à la défense de nos professions. C´est une formidable école de formation, source de richesse personnelle. » ©C. Gérard

Défendre la profession, et un modèle familial de l´élevage de porc
Pendant toutes ces années, rare femme dans un monde d´hommes, elle ne désarme pas, malgré les embûches, pour défendre la profession, et un modèle familial de l´élevage de porc, « modèle qui nous a permis de sortir de la misère et de rester tous au pays ». Combative, elle trouve toujours l´énergie nécessaire, et s´investit aussi dans des activités et responsabilités hors du secteur porcin. Car, dès 1979, elle est élue présidente de l´Association des familles rurales de Pléneuf-Val André, puis devient présidente de l´Union bretonne du tourisme rural. Enfin, il y a deux ans, elle est élue au Conseil régional, « pour défendre l´agriculture et l´élevage hors-sol auprès des politiques ». Seule productrice de porc au Conseil régional, elle entend poursuivre cette mission. Ce qui signifie que, même en étant moins présente dans le syndicalisme agricole, elle continuera, à n´en pas douter, à défendre une « famille d´éleveurs » avec l´énergie que tout le monde lui connaît.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui