Réussir porc 18 août 2014 à 08h00 | Par Propos recueillis par Claudine Gérard

« On jugera les entreprises sur leur pérennité » affirme Patrice Drillet

Le président de Cooperl Arc Atlantique explique et justifie la stratégie de différenciation de produits et de recherche de valeur ajoutée engagée par le groupe coopératif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrice Drillet :  « 80 % de nos adhérents sont inscrits dans la démarche ' porc bien-être ' ".
Patrice Drillet : « 80 % de nos adhérents sont inscrits dans la démarche ' porc bien-être ' ". - © C. Gérard

. Cooperl s’oriente clairement vers une segmentation de son offre. N’y a-t-il pas un risque de se « disperser » face à des concurrents plus tournés vers une production « de masse », donc plus efficients ?


Ce risque existerait si nous étions dans une même situation de compétitivité vis-à-vis de nos concurrents, notamment européens. Or, à l’échelle de la France, rien n’est réglé à ce jour. Nous devons faire face à des difficultés importantes : le dumping social, l’embargo russe, la surcapacité d’abattage régionale… La restructuration du secteur n’est pas terminée, et je souligne que nous, coopératives, n’avons pas accès au CICE(1). Les pouvoirs publics n’ont toujours pas pris en compte tous ces handicaps.
Dans ce contexte, il n’y a pas d’autre solution à court, moyen et long terme que de se différencier. Car les produits premier prix en magasin ne peuvent en aucun cas apporter de la rentabilité car trop concurrencés par des produits étrangers à bas coûts.


. C’est pourquoi vous travaillez aujourd’hui sur le porc sans antibiotique ?


Oui, mais je voudrais quand même rappeler que la nouveauté majeure de 2013 est la production de porcs bien-être ! Aujourd’hui, ce sont 80 % de nos adhérents qui sont inscrits dans cette démarche et ils ont aujourd’hui assez de recul pour confirmer que les promesses que nous avions faites se retrouvent bel et bien dans leur compte d’exploitation.
Cette production de porcs bien-être est effectivement la passerelle pour du porc sans antibiotique que nous allons lancer dans les mois qui viennent, essentiellement sous la marque Brocéliande.


. Vous allez donc positionner la marque Brocéliande dans un secteur plutôt « haut de gamme » ?


Brocéliande est en effet appelée à devenir notre marque principale avec un positionnement clair. Nous avons compris que nous ne serons là demain que si nous savons préparer l’avenir et offrir des produits qui correspondent à une attente de nos clients. Et des produits de qualité, bien entendu, ce que savent parfaitement faire nos éleveurs. Dans ces conditions, on peut envisager de pouvoir vendre à un prix supérieur et rémunérateur. Car nous n’avons aucune chance de rivaliser avec les moins-disants de nos concurrents.


. Concernant les adhérents Cooperl, on ne peut pas occulter les réactions qui ont suivi la mise en place de frais de groupements en mai. Comment les justifiez-vous, alors que le résultat net de 2013 avoisine les 14 millions d’euros ?


L’exercice 2013 est clos. Nous sommes en 2014 dans un contexte économique dégradé. La mise en place des frais de groupements est l’une des multiples mesures que nous avons prises à tous les niveaux pour passer un cap qui peut être difficile. Nous avons aussi demandé des efforts à nos salariés qui ont accepté un gel de leurs salaires et une augmentation du temps de travail et des cadences. Nous avons réagi à une situation donnée comme devrait faire toute entreprise coopérative, en partageant les efforts pour mener à bien nos projets à court, moyen et long terme, dans l’intérêt des adhérents et en rassurant nos salariés. Il en va de la pérennité économique de toute entreprise digne de ce nom.

(1) Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui