Réussir porc 04 septembre 2009 à 14h58 | Par D.Poilvet

Nouvelle offre génétique - Hypor à la conquête du marché français

La société hollando-canadienne arrive en France avec les arguments d’un poids lourd de la génétique mondiale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Créac’h, responsable
commercial Hypor France
Paul Créac’h, responsable commercial Hypor France - © DP

Deuxième groupe de génétique porcine au monde, représenté dans 23 pays parmi les principaux producteurs de porcs, 1 000 salariés et 1,5 million de cochettes vendues chaque année, l’absence d’Hypor en France relevait presque d’une anomalie commerciale. Les acquisitions françaises récentes d’Hendrix Genetics, la maison mère d’Hypor ont modifié la donne. La reprise en 2005 d’Isa, le leader mondial de la sélection avicole, basé à Saint- Brieuc (22), puis celle de France Hybrides l’an passé, ont permis à la société de prendre pied sur le territoire français. La création d’Hypor France est la suite logique de ces acquisitions. Cette société, dont la direction commerciale a été confiée à Paul Créac’h (ex-Sogeval), diffusera ses produits essentiellement par un réseau de distributeurs, dont le premier est Prodatech de Frank Perrigoué (Côtes d’Armor). Pour Thijs Hendrix, président d’Hendrix Genetics, le secteur de la génétique animale se concentrera dans l’avenir en trois ou quatre principales sociétés hyper spécialisées, dont la particularité sera d’être multi-espèces. « La recherche et le développement de nouveaux produits performants, via la génomique notamment, demandent des moyens financiers et humains très importants, que seuls des groupes de taille internationale et impliqués dans plusieurs espèces pourront supporter », justifie-t-il.Dans cette même logique, il estime que la place de numéro un ou deux dans tous les secteurs d’activité de son entreprise est requise pour mener à bien ce développement. « Ce qui veut dire atteindre au minimum entre 30 et 40 % de part de marchés dans les pays où nous sommes présents ». Pour mener à bien ce projet, Paul Créac’h dispose d’une génétique originale. Côté femelle, Hypor ne propose qu’un seul produit issu d’un croisement entre deux lignées maternelles pures C et D créées en 1951, dans le cadre d’Euribrid qui deviendra Hypor en 1965. La lignée C est une lignée composite, à dominante Large White. Du sang chinois Meishan a été apporté par introgression en 1989. « Cette truie apporte prolificité, robustesse, capacité de sevrage et efficacité alimentaire. » La lignée D est une lignée à dominante Landrace suédois et finlandais. « Elle apporte ses qualités de prolificité, de comportement en maternité, de venue en chaleur et de vitalité des porcelets », complète Paul Créac’h. « Nous considérons que les objectifs de reproduction sont les mêmes partout dans le monde, ce qui explique l’unicité de notre offre cochette », souligne Benny van Haandel, généticien et directeur R&D d’Hypor. Cette politique nécessite cependant d’avoir une truie sans défaut majeur, tant sur les aspects de fertilité que de rusticité ou de longévité. C’est ce qui justifie, selon lui, le nombre important de paramètres de sélection des lignées maternelles (voir page 44). « Hypor met l’accent sur la capacité de la truie à maximiser le nombre de porcelets viables et lourds sur sa vie », résume Paul Créac’h (voir aussi page 48). Plus récemment, Hypor a augmenté la pression de sélection sur la longévité des truies. « Nous les sélectionnons sur la probabilité qu’elles restent dans le troupeau jusqu’à leur 4e portée. Celles qui arrivent à ce stade ont une forte probabilité de faire une carrière longue », précise Benny van Haandel. L’offre verrat Hypor est, à l’inverse de l’offre femelle, très diversifiée, pour tenir compte des exigences différentes des clients en terme de qualité de carcasse. Aujourd’hui, la gamme est composée de sept verrats qui offrent des compromis de différents niveaux entre la croissance et la qualité de la viande d’une part (Duroc), et le pourcentage de muscle et la conformation d’autre part (Piétrain Belge). Avec l’acquisition de France Hybrides, la gamme verrat va être refondue, et se recentrera sur cinq types génétiques maximum. Hypor se différencie également de ses concurrents par un outil original qui permet l’auto-renouvellement dans les élevages de taille importante, tout en maintenant le troupeau fermé. Cet outil, appelé Bio-Hypor, permet aux éleveurs qui y adhèrent, de planifier eux-mêmes leurs choix génétiques tout en bénéficiant de l’assistance technique d’Hypor. Dans le troupeau reproducteur, entre 8 et 10 % des truies sont de race pure. Ces femelles sont utilisées comme arrières grand parentales (AGP) et grand parentales (GP) pour produire les truies parentales. Les truies sont classées par Hypor sur un index Blup (MixBlup) qui détermine pour chacune leur valeur génétique. Sur la base de ces critères, Hypor préconise les différents croisements à réaliser avec les verrats d’élite. Ces croisements sont donc réalisés uniquement avec de la semence importée des CIA de l’ensemble du réseau mondial Hypor. « Les éleveurs qui adhèrent au programme Bio-Hypor peuvent donc fermer totalement leurs élevages, tout en bénéficiant en temps réel de l’amélioration génétique que nous apportons à notre schéma, et du soutien technique qu’on lui apporte en fonction de ses besoins », résume Benny van Haandel. « Bio-Hypor constitue un argument supplémentaire en faveur du schéma Hypor, dans la recherche d’une meilleure biosécurité, d’une plus grande rentabilité et de l’optimisation de notre génétique », conclut Paul Créac’h.

 

Hypor et France Hybrides, deux filiales d'un géant de la génétique

En reprenant en 2008 France-Hybrides, trois ans après l'acquisition d'Isa, Hendrix Genetics applique en France sa stratégie d'être présent sur tous les marchés de génétique animale d'un pays. «Nous avons trouvé chez France Hybrides une expertise, ainsi que des outils, dans le domaine des biotechnologies, parfaitement complémentaires à ceux d'Hypor », argumente Thijs Hendrix. « L'acquisition de cette société est pour nous l'occasion d'accroître notre offre produits afin de répondre aux différents segments de marché. Elle nous permettra également d'atteindre plus rapidement nos objectifs de parts de marché en France. » Les lignées femelles et les réseaux de distribution des deux schémas France Hybrides et Hypor continueront d'être distincts. En revanche, les lignées mâles, au nombre de sept aujourd'hui, sont mis dans une même gamme. Elles sont mises à disposition des éleveurs français sous les deux marques, « dans le respect de nos accords de distribution », souligne Paul Créac'h. Le premier verrat Hypor à naître de cette stratégie est le Magnum, issu d'une lignée Piétrain reconnue en France pour sa très forte croissance. L'objectif de la société est de produire rapidement des cochettes en France, «d'autant plus que les premières remontées terrains nous démontrent la pertinence de notre offre pour le marché français », justifiet- il. Les futurs distributeurs seront donc encouragés à créer leur propre multiplication. Pour les zones non couvertes par un distributeur Hypor vendra les cochettes en direct. Enfin, les élevages de grande taille pourront faire le choix de l'auto-renouvellement « Bio-Hypor » en partenariat direct avec Hypor et/ou les distributeurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui