Réussir porc 18 décembre 2017 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Maternité liberté, un risque à maîtriser

Les cases mise bas liberté constituent désormais une alternative crédible aux équipements conventionnels. Mais investir dans ce mode de contention implique cependant une prise de risque.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est possible de libérer les truies sans trop pénaliser leur productivité.
Il est possible de libérer les truies sans trop pénaliser leur productivité. - © D. Poilvet

Tout éleveur qui envisage de rénover sa maternité ou d'en construire une nouvelle se pose aujourd'hui la question d'investir dans des équipements permettant de libérer les truies en cours de lactation. La pression sociétale - l'exemple de la filière oeufs - des retours plutôt positifs d'éleveurs déjà équipés, notamment au Danemark, incitent à franchir le pas. Depuis le début de l'année, certains élevages, parfois conséquents en taille  l'ont fait. Par ailleurs, l'offre en équipements est déjà pléthorique : pas moins de sept fournisseurs présentaient leurs cases au Space, dont certaines intègrent même des sols ascenseurs !

Les chambres d'agriculture de l'Ouest ont anticipé cette tendance. Elles ont investi dès le début des années 2000 dans des cases expérimentales, afin d'accumuler des références fiables. Selon elles, il est possible de libérer les truies en maternité sans trop pénaliser leur productivité, à condition d'adapter la conduite d'élevage.

Cependant, les cases mise bas liberté constituent un facteur de risque indéniable, et ce sur trois aspects :

Un risque technique : À la station de Guernevez, le risque de perte sous la mère est évalué à 0,5 porcelet par portée. C'est significatif, et il faut rappeler que la productivité constitue, avec l'indice de consommation, le principal levier de rentabilité des élevages.

Un risque financier : Aveltis a chiffré un surcoût de + 25 % par rapport à une case conventionnelle (page 16). Les Danois évaluent son impact sur le coût de production à 4,50 euros par porc, en tenant compte du surcoût des équipements, de l'augmentation de la mortalité des porcelets et de la main-d'oeuvre. Or, rien pour le moment ne permet de dire que ces surcoûts seront valorisés par une plus-value à la vente.

Un risque stratégique : L'Europe semble avoir abandonné l'idée d'imposer de nouvelles normes de logement. Les chartes qualité privées ou de filière se préoccupent plus de la condition des porcs charcutiers : arrêt de la castration, absence de traitements antibiotiques, alimentation « santé »... Des aspects directement valorisables au travers des produits qui se retrouvent dans les assiettes.

Aujourd'hui, personne n'est en mesure de dire si la case liberté va s'imposer. La profession doit rester attentive aux évolutions de la demande des consommateurs. Elle doit aussi suivre de près ce qui se passe à l'étranger, notamment dans les pays d'Europe du nord, souvent précurseurs sur le bien-être animal.

- © D. Poilvet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui