Réussir porc 01 mars 2005 à 12h34 | Par Propos recueillis par Claudine Gérard

Marché à terme du porc - Trois questions à Gautier Le Molgat d´Agritel

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le marché à terme du porc remet-il en cause le MPB de Plérin ?
Gautier Le Molgat : En aucune façon. Un marché à terme ne peut pas exister sans marché physique. Sans cotation du type MPB, un marché à terme ne peut pas fonctionner.
Gautier Le Molgat est consultant Agritel. ©C. G.

Peut-on considérer que le marché à terme est un genre de spéculation ?
G.L.M. : C´est tout le contraire. Ne rien faire, et attendre le cours de Plérin sans pouvoir agir, c´est spéculer. Se positionner sur le marché à terme, c´est, au contraire, s´assurer d´un prix de vente futur, donc limiter les risques.
Tous les éleveurs peuvent-ils être intéressés par la vente à terme ?
G.L.M. : Il y a bien sûr une taille minimale d´élevage pour pouvoir constituer des lots, chacun étant de huit tonnes de porc équivalent carcasse par échéance. Ensuite, c´est la sensibilité de chacun qui l´amènera à faire le pas ou non. C´est une décision personnelle, qui doit être réfléchie en fonction des caractéristiques de chaque élevage. Notre rôle est de fournir tous les éléments de connaissance de ces marchés pour que le producteur décide ou non d´y aller.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui