Réussir porc 27 juin 2018 à 12h00 | Par Dominique Poilvet

Maîtriser les pertes en maternité

La mortalité des porcelets sous la mère est un problème éthique et économique majeur en élevage porcin. Des solutions existent pour la limiter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les leviers d'action sont nombreux et variés.
Les leviers d'action sont nombreux et variés. - © D. Poilvet

Dans les élevages européens, en moyenne un porcelet né vivant sur sept ou huit meurt avant le sevrage. Dans plus des deux tiers des cas, la mort survient dans les 72 heures suivant la naissance. Mais ces pertes ne sont pas une fatalité. Même si la productivité des truies explose, certains éleveurs arrivent à limiter la mortalité des porcelets en maternité. Une enquête terrain des chambres d'agriculture de l'Ouest et de l'Ifip démontre que les leviers d'action sont importants et variés : alimentation des truies, prévention et hygiène, surveillance à la mise bas, gestion des portées... sans parler des nouveaux équipements comme les nids à porcelets et les cases balances qui apportent une aide précieuse aux éleveurs. Ainsi, les meilleurs éleveurs de l'enquête atteignent des taux de pertes inférieurs à 5 % sur les nés vivants, alors que la moyenne générale progresse chaque année, pour se situer désormais au-delà des 13 % (1).

En parallèle aux mesures quotidiennes mises en place par les éleveurs, la détermination précise du stade et des causes des mortalités est essentielle pour identifier les axes de progrès en élevage. L'Ifip a mis au point une méthode inspirée de l'échographie médicale pour examiner les poumons des porcelets retrouvés morts sous la mère. En déterminant si le porcelet a respiré, on peut rapidement savoir s'il est mort avant ou après être né, et ainsi mieux déterminer les priorités de travail.

L'Inra et la chambre d'agriculture de Bretagne démontrent également les interactions entre le bien-être des truies pendant la gestation et la mortalité des porcelets, particulièrement dans les 72 heures qui suivent la mise bas. La qualité de leur environnement, en corrélation directe avec leur niveau de stress, est particulièrement impactant. On peut donc aussi réduire les pertes en maternité en enrichissant le milieu avec des objets manipulables ou en apportant des fibres dans l'alimentation. Des pistes qui conjuguent performances et bien-être, aujourd'hui deux thèmes majeurs pour les producteurs de porcs.

(1) Source : résultats GTTT de groupements.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui