Réussir porc 01 octobre 2001 à 15h30 | Par C. G.

Limiter le syndrome deuxième portée - Donnez de la lysine aux truies allaitantes

Pour résoudre le problème du syndrome "deuxième portée", Thierry Solignac, vétérinaire à Coopagri Bretagne, suggère de donner aux truies le temps de récupérer entre deux cycles, et d´augmenter les apports alimentaires en début de lactation pour limiter les mobilisations excessives en maternité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour résoudre le problème du syndrome "deuxième portée", Thierry Solignac, vétérinaire à Coopagri Bretagne, suggère de donner aux truies le temps de récupérer entre deux cycles, et d´augmenter les apports alimentaires en début de lactation pour limiter les mobilisations excessives en maternité. Au cours du forum technique annuel Capig(1), Thierry Solignac a exposé les conclusions d´une étude de terrain portant sur le "syndrome deuxième portée". Il rappelle en préambule que cette "problématique" ne se limite pas à une chute de prolificité entre la première et la deuxième portée, mais peut aussi se traduire par une chute de l´ISO, c´est-à-dire un retard de venue en chaleur après le premier sevrage, ou une dégradation de l´ISSF, c´est-à-dire une augmentation de retours ou de truies vides après le premier sevrage.
S´appuyant sur les résultats de six élevages Coopagri Bretagne (génétique Alfa +), il souligne que "les différences entre élevages sont importantes, et qu´un niveau de prolificité élevé en première gestation n´implique pas obligatoirement une chute de prolificité en deuxième portée". Le syndrome deuxième portée n´est donc pas une fatalité liée à la prolificité. A quoi est-il donc lié ? "Tout est question de préparation et d´accompagnement des animaux en gestation et lactation", résume-t-il.
Premier conseil : éviter l´embonpoint.
L´analyse des épaisseurs de lard dorsal montre que des cochettes trop grasses ont des ISSF plus longs. Thierry Solignac recommande de s´en tenir à un objectif de 21 à 22 mm à la mise bas.

Deuxième point, raisonner correctement la "suralimentation"
En fin de gestation sur une période courte pour limiter les risques d´excès. Concrètement, il recommande de commencer à l´appliquer à 95 jours de gestation. Enfin, gérer l´alimentation des truies en maternité en fonction de la qualité des porcelets, et non de façon arbitraire.
Les mesures d´ELD en maternité prouvent dans ces six élevages que les truies qui ont le plus de perte de gras au cours des onze premiers jours de lactation sont aussi celles qui auront des ISSF les plus longs.
"La mobilisation excessive des réserves sur les onze premiers jours de lactation pénalise la reproduction ultérieure", conclut-il, avant d´ajouter que dans ces six élevages, le niveau de plafond est globalement atteint en maternité, mais que les différences entre les aliments peuvent expliquer des différences d´apports de lysine cumulés sur les dix premiers jours de lactation.
Un ISO plus court
Fort de ces observations, il a donc voulu tester l´effet d´un apport de lysine en début de lactation dans l´un des élevages enquêtés. Sur trois lots consécutifs, un complément énergétique et azoté a été distribué à raison de 500 grammes par jour pendant dix jours à la moitié des truies d´une bande. Les résultats sont éloquents : les truies ayant reçu le complément ont présenté un ISO significativement plus court (7,1 jours contre 13,1 jours) et leur fertilité s´est établie à 96,9 % contre 88,6 % pour les truies témoins. En revanche, l´apport du complément alimentaire n´a pas eu d´effet sur la croissance de la portée.
Ces observations permettent à Thierry Solignac de confirmer que la conduite alimentaire est essentielle dans cette problématique de deuxième portée, et d´ajouter que "ces conclusions peuvent s´appliquer à tous les rangs de portée, mais que la population des primipares est une population qui exacerbe les erreurs de conduite et d´alimentation".

(1) 27 juin 2 001, Ispaia Ploufragan.

ISSF en deuxième portée et ELD à la première mise bas
En première mise bas, les truies les plus grasses à l´entrée en maternité présentent des ISSF plus longs.

ISSF en deuxième portée en fonction de la perte d´ELD onze jours après mise bas
Ce sont les truies qui perdent le plus de gras qui présentent les ISSF les plus longs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui