Réussir porc 01 juillet 2016 à 08h00 | Par Propos recueillis par Dominique Poilvet

" Le TTIP pourrait faciliter l’accès au marché européen des produits US "

Trois questions à Estelle Antoine, économiste à l’Ifip, au sujet du TTIP, le "Transatlantic Trade and Investment Partnership", l'Accord transatlantique sur l'investissement et le commerce.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © 123RF

Le porc américain, un danger pour notre production nationale si le TTIP est signé ?

Estelle Antoine - Si les droits de douane sur les produits issus de porcs américains sont supprimés, alors oui, il y a un risque majeur de déstabilisation des marchés européens. Certaines pièces américaines pourraient arriver à des prix très compétitifs. C’est particulièrement vrai pour le jambon, une pièce de faible valeur aux États-Unis. La longe et l’épaule sont aussi concernées dans une moindre mesure. La compétitivité des États-Unis s’explique par des outils de production et d’abattage-transformation performants qui leur permettent de produire du porc à faible coût. Par ailleurs, la Caroline du Nord, un État de la côte Atlantique où la production porcine est très présente, constitue une base de lancement idéale pour envoyer des produits en Europe.

Estelle Antoine :  "Certaines pièces américaines pourraient arriver en Europe à des prix très compétitifs."
Estelle Antoine : "Certaines pièces américaines pourraient arriver en Europe à des prix très compétitifs." - © Ifip

Le refus des Européens de manger des porcs à la ractopamine peut-il protéger nos marchés ?

E.A. - Il faudrait d’abord que le dossier de l’étiquetage de l’origine soit réglé pour que ces produits soient bien identifiés. Ensuite, leur présence dans les rayons pourrait faire naître des doutes auprès des consommateurs, et donc influer sur leurs achats. Enfin, les éleveurs US produisent déjà du porc sans ractopamine à destination du marché chinois. Ils peuvent donc le faire pour les marchés européens.

Le marché américain peut-il constituer un nouveau débouché pour certains de nos produits ?

E.A. - Oui, mais cela reste limité. L’Italie développe des ventes de produits de charcuterie à forte valeur ajoutée. Les Danois occupent un créneau de baby-ribs issus de leurs porcs les plus légers. Durant l’épidémie de DEP qui a raréfié l’offre aux États-Unis, certaines entreprises européennes y ont vendu des poitrines, un produit très consommé outre-Atlantique. Mais si le TTIP est signé, il ne faut pas s’attendre à un développement important du flux commercial de l’Europe vers les États-Unis du fait du différentiel du coût de production.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui