Réussir porc 06 février 2019 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Le digital offre de nouvelles opportunités à la filière

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pauline Brenaut et Michel Marcon, ingénieurs Ifip "Grâce à l’intelligence artificielle, le digital aidera l’éleveur, au même titre que l’automatisation des tâches"
Pauline Brenaut et Michel Marcon, ingénieurs Ifip "Grâce à l’intelligence artificielle, le digital aidera l’éleveur, au même titre que l’automatisation des tâches" - © D. Poilvet

A l’heure où 88 % des Français et des éleveurs sont connectés, le digital semble une réalité impossible à contourner pour la filière. Un thème largement développé dans nos colonnes, avec en particulier les travaux menés à la station expérimentale de l’Ifip à Romillé en Ille-et-Vilaine. « La collecte de l’information sera simplifiée et son analyse sera plus complète, explique Michel Marcon, ingénieur à l’Ifip. Grâce à l’intelligence artificielle, le digital aidera l’éleveur, au même titre que la robotisation ou l’automatisation des tâches. » En génétique, l’ère du big data qui va de pair avec le développement de l’identification individuelle devrait permettre à terme une accélération du progrès génétique de 50 %, selon Pauline Brenaut, ingénieure Ifip. « On est en passe d’atteindre rapidement cet objectif, grâce à la baisse du coût des puces RFID », estime-t-elle. De manière plus générale, la révolution digitale va permettre de diminuer les coûts et d’augmenter la valeur ajoutée de la production via la mutualisation des données, souligne Boris Duflot, directeur du pôle économie de l’Ifip. « La connexion des élevages entre eux via un big data ou encore les machines learning permettront de détecter les différentes manières de mieux produire et de mieux vendre », affirme-t-il.

Une collecte permanente d’informations

Ces nouveaux outils intéressent aussi l’industrie des viandes et de la charcuterie : optimisation des chaînes de découpe grâce à la robotisation couplée aux données de capteurs, scannage des pièces en ligne pour optimiser les opérations et le rendement de découpe, utilisation de data et d’algorithmes pour optimiser les consommations énergétiques… Les exemples d’application ne manquent pas pour améliorer la productivité de ces outils et pour mieux les vendre. « L’enjeu de ces nouvelles technologies est aussi de montrer précisément aux consommateurs ce qu’il y a derrière nos produits grâce à une collecte permanente d’informations tout au long de nos filières », souligne Guillaume Ardillon, responsable digital du groupe Terrena. Une précision qui permettra aussi d’ajouter de la valeur aux produits.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui