Réussir porc 25 mars 2014 à 08h00 | Par Claudine Gérard

La recherche française fait le grand écart

Journées de la recherche porcine. Entre des exposés extrêmement complexes, en particulier dans le domaine de la génétique, et des sujets très accessibles, parfois rebattus, plus de 80 présentations se sont succédées aux cours des dernières JRP les 4 et 5 février à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JRP

Il y en avait pour tous les goûts... ou peut-être pas, précisément tant les sujets exposés au cours des dernières Journées de la recherche porcine étaient inégaux en niveau scientifique et en intérêt. Plus du tiers des présentations portaient sur l'alimentation des porcs. Un grand écart entre des sujets dont on pensait avoir fait le tour depuis des années (intérêt du maïs humide, comparaison farine/granulé en post-sevrage...) et de la nutrition d'une extrême précision, voire des essais en conditions « virtuelles ». Il faudra donc intégrer dans notre vocabulaire un néologisme qui s'impose dans les conversations : des essais réalisés in silico, à savoir des recherches basées exclusivement sur des modèles informatiques.
Plus pragmatiques, les exposés portant sur la santé animale ont confirmé la forte tendance de la réduction du recours aux antibiotiques et l'importance du respect des règles de biosécurité.
C'est dans le domaine de l'environnement que les présentations ont sans doute apporté le plus d'informations concrètes et pratiques. Les émissions d'ammoniac restent un sujet de recherche qui mobilise différents instituts de recherche. Le raclage en V s'avère un levier majeur pour parvenir à réduire les émanations gazeuses avec pour autre atout considérable une amélioration incontestable des performances des animaux.
Enfin, les exposés relatifs à la non castration, sujet d'actualité, sont surtout venus de Belgique. Nos voisins conduisent des essais visant à comparer les « quatre sexes » produits sur leur territoire : femelles, mâles castrés, mâles entiers et mâles immunocastrés. On retiendra que les mâles immunocastrés se comportent plutôt comme des mâles entiers jusqu'à la deuxième vaccination, puis plutôt comme des castrés, qu'il s'agisse des performances ou des dépôts de muscle et de gras. En France, c'est la firme service Inzo qui a confirmé l'intérêt technique d'un aliment d'engraissement plus concentré pour les mâles entiers, avec un effet très significatif sur les croissances et l'indice de consommation.
Quant au domaine de la génétique, nous retiendrons qu'il s'agit définitivement d'une discipline hermétique pour le public des JRP. La grande majorité des participants ont avoué ne pas avoir compris la majorité des présentations de spécialistes s'adressant... à des spécialistes que nous ne sommes pas.

- © JRP

Pour en savoir plus

 

 

Voir aussi le site JRP de l'Ifip, l'Institut français du porc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui