Réussir porc 26 août 2014 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

L’OVS Porc Bretagne mise sur la biosécurité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © www.epiporc.com

« La biosécurité doit être le maître mot de nos travaux. Elle doit être la base
de l’action sanitaire et technique en élevage », a souligné Marcel Corman, le président de l’OVS Porc Bretagne, à l’occasion de son AG à Plérin en juin 2014. Biosécurité pour progresser sur le SDRP, avec des mesures visant à empécher le risque d’importation de souches virulentes. Sur ce point, le CRP a également annoncé des pénalités pour les éleveurs importateurs de porcelets qui ne respectent pas le protocole de contrôle de l’OVS. Le dispositif anti SDRP prévoit aussi la détection et la protection les élevages négatifs, ainsi qu’un programme de recherches mené par l’Anses pour optimiser l’efficacité de la vaccination.
Biosécurité également pour minimiser le risque DEP. « On a vu au Canada que les mesures de biosécurité sont efficaces. Les pertes y sont beaucoup moins élevées qu’aux Etats-Unis où les élevages n’ont pas été protégés », constate Marcel Corman.

Florence Humbert, vétérinaire, et Marcel Corman, président de l’OVS Porc Bretagne.
Florence Humbert, vétérinaire, et Marcel Corman, président de l’OVS Porc Bretagne. - © D. Poilvet

La DEP classée en danger sanitaire de catégorie 1


Par ailleurs, deux réglementations importantes sont parues. En Europe, les produits sanguins importés en Europe doivent désormais être chauffés à 80 °C et conservés six semaines à température ambiante avant d’être commercialisés. En France, la DEP a été classée temporairement, pour trois ans, en danger sanitaire de catégorie 1, au même titre
que la peste porcine et la maladie d’Aujeszky.
« Ces travaux démontrent l’efficacité des vétérinaires réunis au sein de l’OVS Porc Bretagne pour répondre aux attentes en matière de santé publique », souligne Marcel Corman, qui a profité de l’AG pour dénoncer à nouveau la décision de l’Etat de ne reconnaître que les GDS comme pilotes des actions sanitaires. « Cette décision nie les réalités du terrain. La filière porcine réaffirme son attachement à la maîtrise des décisions politiques, techniques et financières », conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui