Réussir porc 25 novembre 2016 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

L’origine Massif Central fait vendre

Au Sommet de l’élevage qui s’est déroulé à Clermont-Ferrand du 4 au 6 octobre dernier, les filières porcines de la région ont mis en avant l’intérêt que représente le regain d’intérêt des consommateurs pour les produits locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aujourd’hui, c’est le local qui fait vendre.
Aujourd’hui, c’est le local qui fait vendre. - © D. Poilvet

Situées à proximité des grands bassins de consommation que sont le Centre, la région lyonnaise et le Sud-Est de la France, les filières porcines du Massif Central misent de plus en plus sur l’identité locale de leurs productions pour mieux les valoriser. À commencer par la plus importante d’entre elle, Cirhyo, qui, avec ses deux abattoirs de La Palisse (Allier) et Orléans (Loiret), représente 1,3 million de porcs par an pour 600 adhérents. "Aujourd’hui, c’est le local qui fait vendre", affirment Gérard Dutois et Françis Lebas, respectivement directeur et président de Cirhyo. L’accord passé en mai dernier avec la plateforme Carrefour de Bourges en témoigne : le groupement fournira chaque année 45 000 porcs certifiés estampillés "Porc du Massif Central et de ses contreforts" à 65 magasins Carrefour Market de la région qui communiqueront sur l’origine régionale des produits.

Gérard Dutois et Françis Lebas, Cirhyo.
Gérard Dutois et Françis Lebas, Cirhyo. - © D. Poilvet

Le groupement basé à Montluçon ne renie pas pour autant ses activités dans le label rouge (Porc Délice et Porc fermier d’Auvergne) qui représente 130 000 porcs chaque année. "Les grandes marques de salaisonnerie reconnaissent à nouveau l’intérêt de ce signe de qualité, notamment dès qu’il est associé à une région."

Des signes officiels de qualité dont ne s’embarrasse pas le groupement du Cantal CAPP (40 000 porcs par an), qui a fait le pari de développer deux marques d’entreprise "Porc Cantalou" et surtout "Porc Capelin", dont les identités sont fortement liées à la région. "Les consommateurs veulent consommer des produits locaux, porteurs d’une éthique sociétale forte", estime Jean-François Greiveldinger, le directeur commercial de Cantal Salaisons. Une démarche payante, puisque le groupement recherche activement de nouveaux éleveurs pour répondre aux besoins de l’aval de la filière.

- © Infographie Réussir

Même souci de développement pour le groupement porc Païso (100 000 porcs par an) de la Capel, une coopérative polyvalente basée à Cahors dans le Lot. 80 % de ses porcs sont produits sous signes de qualité (labels rouge Porc au Grain du Sud-Ouest et Porc du Limousin, et marque Bleu Blanc Cœur). "L’identité locale des Labels Rouges plaît aux consommateurs. L’allégation santé Bleu Blanc Cœur avec de la graine de lin qui apporte des oméga 3 aussi ", estime Jean-Marie Falguières, le directeur de Païso. La coopérative est actionnaire d’Arcadie qui regroupe plusieurs abattoirs dans le sud de la France. Elle approvisionne aussi des abattoirs locaux "dont les débouchés locaux sont en constante progression, et qui sont demandeurs de production locale". Une demande qui permet un retour financier non négligeable vers les éleveurs. Les jeunes qui s’installent bénéficient notamment d’un prix de reprise garanti pendant trois ans. Ce prix est calculé en fonction du coût alimentaire et des investissements réalisés afin qu’il couvre les coûts de production. Païso propose également un accompagnement sous forme de garantie bancaire pour tous les éleveurs qui investissent. "Cette stratégie est payante, puisque, malgré notre dimension modeste, quatre jeunes producteurs se sont installés ces trois dernières années", conclut Jean-Marie Falguières.

Bernard Lépinay, Urpal : "La production de la région ne peut pas couvrir à elle seule la totalité des besoins."
Bernard Lépinay, Urpal : "La production de la région ne peut pas couvrir à elle seule la totalité des besoins." - © D. Poilvet

L’IGP Auvergne sur les rails

Le Jambon et le Saucisson d’Auvergne sont désormais inscrits sur la liste européenne des Indications géographiques protégées (IGP). Un signe officiel de qualité qui confère l’exclusivité de la fabrication de ces produits aux salaisonniers implantés en Auvergne (Haute Loire, Cantal, Puy-de-Dôme, la moitié sud de l’Allier et le canton d’Ussel en Corrèze), alors que jusqu’à maintenant, n’importe quel industriel dans le monde entier pouvait le faire. Cette exclusivité ne concerne pas les éleveurs, puisque la viande destinée à la fabrication de ces produits peut venir de n’importe quel élevage de l’Union Européenne. Pour que les salaisonniers soient contraints d’utiliser de la viande de porc auvergnate, il aurait fallu choisir la mention "AOP" (1). "Mais la production de la région ne peut pas couvrir à elle seule la totalité des besoins", déplore Bernard Lépinay, le directeur de l’Union régionale porcine. La profession estime malgré tout que l’IGP Auvergne est une bonne chose pour la filière régionale. "Les signes de qualité permettent toujours de faire du développement et de compresser les charges, au bénéfice de tous les maillons de la filière", estime-t-on chez Cirhyo. "Les salaisonniers qui vont bénéficier de l’IGP constituent un réel débouché à nos portes". Un gros travail de communication doit être désormais engagé pour développer la notoriété des produits et les ventes. Cette tâche sera orchestrée par le Consortium des salaisons d’Auvergne (CSA) qui regroupe une quinzaine d’entreprises de charcuterie-salaison, ainsi que leurs fournisseurs (abatteurs-découpeurs et organisations de producteurs). L’objectif est d’atteindre d’ici 2 à 3 ans 2 000 tonnes de jambon sec et 5 000 tonnes de saucisson sec par an.

(1) Une IGP (Indication géographique protégée) peut être obtenue pour une seule des trois étapes de la fabrication du produit (production, transformation ou élaboration). Pour l’Appellation d’origine protégée (AOP), la production, la transformation et l’élaboration doivent avoir lieu dans une zone géographique commune. L’AOP est la déclinaison au niveau communautaire de l’AOC.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui