Réussir porc 14 mars 2018 à 12h00 | Par Armelle Puybasset

L’engraissement gagne en précision

L’amélioration des performances en engraissement passe par une alimentation au plus près des besoins, le respect des fondamentaux et le recours à des équipements de précision pour piloter au plus juste la croissance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un bon indice est le résultat d'une maîtrise de l'ensemble des paramètres d'élevage.
Un bon indice est le résultat d'une maîtrise de l'ensemble des paramètres d'élevage. - © D. Poilvet

Dans un avenir peut être pas si lointain, les porcs en engraissement seront munis d’un système d’identification individuelle et recevront une ration quotidienne adaptée à leurs besoins spécifiques, comme cela existe déjà pour les truies en système DAC. Avec à la clé une réelle avancée dans les performances de croissance et d’indice de consommation. Mais en attendant que ce type de dispositif ne soit tout à fait opérationnel et économiquement abordable pour les éleveurs, il existe déjà des voies de progrès plus facilement applicables. C’est notamment le cas des programmes alimentaires triphasés mieux adaptés à l’évolution des besoins du lot durant la phase d’engraissement ou encore aux plans d’alimentation spécifiques à un groupe d’animaux de poids homogène plutôt qu’au poids moyen d’une bande.

Il existe des voies de progrès déjà applicables en élevages

Une autre piste exploitée par CCPA et Terrena est le suivi en temps réel des poids des porcs grâce à des balances automatiques placées dans les cases. Largement déployés dans les élevages de volailles de chair, ces outils connectés permettront de piloter au plus juste la croissance mais également d’anticiper un épisode sanitaire, d’autant plus utiles dans un contexte de démédication.

Même si les performances en engraissement progressent d’année en année, l’écart entre élevages demeure important. Ce qui montre qu’il reste des marges de progrès et des leviers à actionner comme l’atteste l’enquête Intop, présentée lors du forum Trans Porc-in organisé par la firme services Inzo et les groupements Agrial, Cecab Coop de Broons et Triskalia. Elle a mis en exergue les facteurs qui différencient les élevages ayant les meilleurs et les moins bons indices de consommation en engraissement. Elle rappelle qu’un bon indice est le résultat d’une maîtrise de l’ensemble des paramètres d’élevage (systèmes d’alimentation, conduite d’élevage, sanitaire et bâtiment) et le respect des fondamentaux. Ce que confirmeront les divers témoignages d’éleveurs recueillis dans ce dossier.

Enfin, la précision en engraissement concerne également la formulation des aliments. Les chambres d’agriculture de Bretagne montrent qu’il est possible de travailler avec des aliments à bas taux protéique, à performances égales et tout en réduisant le coût alimentaire et les rejets. Une démarche que les éleveurs fabricants à la ferme doivent s’approprier pour gagner en compétitivité.

- © Dominique Poilvet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui