Réussir porc 04 septembre 2014 à 08h00 | Par La rédaction

L'autorenouvellement, pour un progrès génétique "capté au maximum par les éleveurs"

Rémi Maguer, directeur de Topigs France, répond à trois questions sur l'autorenouvellement des truies, une technique suivie aujourd'hui par environ un quart des élevages porcins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rémi Maguer, directeur Topigs France :  « Notre rôle est de diffuser le progrès génétique. »
Rémi Maguer, directeur Topigs France : « Notre rôle est de diffuser le progrès génétique. » - © MAC

. Topigs préconise-t-il l'autorenouvellement à la ferme ?


Notre travail d'OSP* est de diffuser le plus possible le progrès génétique, c'est-à-dire la valeur ajoutée générée par la sélection génétique que nous réalisons sur nos animaux de race pure. En 2013, Topigs a chiffré ce progrès génétique à 3,20 euros par porc charcutier et par an sur la base des performances de nos races pures. Un progrès permis par une sélection quantitative et génomique sur un grand nombre d'animaux.
Il est essentiel qu'il soit capté au maximum par les éleveurs, que ce soit pas l'achat de cochettes croisées ou d'animaux de race pure grand-parentales.


. Quelles sont les conditions pour réussir la multiplication à la ferme ?


Avant tout, le statut sanitaire de l'élevage doit être bon pour que les cochettes produites soient de qualité. Ensuite, la conduite d'élevage doit être irréprochable. Cela concerne notamment
les conditions de logement des animaux, avec des bâtiments dédiés, un sol de qualité pour
que les cochettes développent de bons aplombs, une faible densité dans les cases et des
apports nutritionnels adaptés.
Une taille d'élevage importante (plus de 300 truies) facilite le respect de ces préconisations. Enfin, les ressources humaines sont primordiales.
Toute l'équipe doit adhérer au projet. Les personnes qui s'occupent de la multiplication doivent avoir le profil nécessaire : être animalier, sensible à la biosécurité, rigoureux... Il faut également pouvoir dégager du temps pour l'identification et le tri des animaux.



. Quels sont les plus de l'offre Topigs pour les éleveurs qui veulent autorenouveller leurs cochettes ?


Les éleveurs multiplicateurs à la ferme bénéficient de la semence de verrats de très haut niveau
génétique destinés aux multiplicateurs.
Les cochettes grand-parentales sont issues d'élevages de sélection de très haut statut sanitaire.
Elles sont livrées par camion sous air filtré. Avec un noyau de truies lignée Z, ils peuvent produire soit des Topigs 40 avec des verrats lignés B, soit des Topigs 20 avec des lignées N.
Enfin, ils bénéficient de l'appui des techniciens Topigs répartis sur tout le territoire français.

 

 

- © Infographie Réussir

* organisme de sélection porcine.

 

Voir aussi article Ils produisent leurs cochettes

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui