Réussir porc 09 juin 2006 à 11h51 | Par Claudine Gérard*

Guillaume Roué, président d´Inaporc - « Il ne faut pas craindre de nouveaux modèles »

Président du groupement Prestor et de l´interprofession Inaporc, Guillaume Roué plaide pour une orientation capitalistique des élevages. Nouveau regard sur le devenir d´un produit : le porc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Quelle est votre vision pour l´avenir de l´élevage porcin ?
Guillaume Roué : Pour comprendre, il faut d´abord analyser l´évolution démographique : nous savons qu´il y aura de moins en moins de repreneurs par rapport aux vendeurs. Si nous voulons conserver notre potentiel de production régional ou national, une réflexion financière à la reprise et à la gestion des entreprises porcines va s´imposer. Je pense que nous devons inventer un système d´intéressement capitalistique. D´une part, le chef d´entreprise devra pouvoir être accompagné par une organisation économique porteuse de capitaux, et d´autre part, les collaborateurs pourront s´ils le désirent être intéressés financièrement au capital et en conséquence aux résultats de l´élevage qui les emploie, comme cela existe dans tous les secteurs économiques.
Ces organisations économiques porteuses de capital, ce sont les groupements de producteurs ?
Cela peut, en effet, être un groupement de producteur. Mais cela peut aussi être des fonds d´éleveurs et, pourquoi pas, une organisation non agricole comme des banquiers ? En tout état de cause, compte tenu de ces apports de capitaux nécessaires, l´entreprise devra être rentable. C´est une réalité économique dans nombre de domaines.
Cela signifie que l´élevage de porc va perdre sa vocation agricole ?
Il ne faut pas avoir peur d´envisager de nouveaux modèles et d´accepter la « financiarisation » de notre activité de production porcine. Bien sûr, je suis convaincu que nous garderons notre spécificité agricole, mais l´exploitation agricole ne pourra pas ignorer la réalité du marché.
Cela veut dire de très grands élevages, voire plusieurs sites de production pour un entrepreneur ?
Concernant la taille, il est clair que nous devons être évolutif. Il y a 20 ans, la taille de référence était de 80 truies, aujourd´hui 300, demain 600 ? Il faut évoluer avec son temps et surtout amortir les charges comme le traitement du lisier, sur des tailles d´ateliers plus importantes. La concentration est en marche, c´est écrit. Mais il va falloir faire évoluer la réglementation pour conforter les sites existants. Ce n´est pas un problème technique, mais politique ! Quant aux « multi-exploitations », le constat est clair : à ce jour, à quelques rares exceptions près, ça fonctionne difficilement. Avoir 2, 3 ou 4 sites à gérer, c´est trop compliqué et cela devient un sport extrêmement dangereux sur lequel plusieurs éleveurs se sont déjà cassé les dents. Pour ce type de multi-exploitations, le modèle reste à inventer, et les chefs d´entreprise doivent acquérir une vraie culture économique. Au sein de notre groupement, nous apportons déjà cette culture, et les cycles de formation vont encore s´intensifier.
Des personnes non issues de l´agriculture pourraient donc devenir ces chefs d´exploitations ?
Pourquoi pas ? Pour réussir, il faut maîtriser les critères techniques, économiques et financiers. Il est rare qu´une même personne réunisse des compétences dans ces trois domaines. C´est pourquoi l´arrivée de personnes non issues du monde agricole dans ce contexte de « financiarisation » des élevages que j´entrevois, est tout à fait probable. C´est déjà largement le cas des salariés d´élevage qui sont de plus en plus nombreux à être issus de milieux non agricoles et qui réussissent et s´épanouissent dans ce métier.
Dans ces conditions, quelle serait la place des éleveurs dans les filières ?
Il fait d´abord comprendre que les éleveurs ne peuvent plus avoir « la tête dans le guidon ». Il leur faut réfléchir au devenir de leur produit, ne rien exclure, et faire confiance à d´autres pour valoriser leurs produits. S´impliquer dans des outils d´aval, ce n´est en aucun cas perdre son indépendance, c´est au contraire un progrès. Tout comme les éleveurs se garantissent à l´appro en achetant sous contrat de l´aliment, du soja.
Ils doivent pouvoir compter sur l´écoulement de leur produit, de leur travail. Si la règle du jeu est claire, à savoir la fixation transparente d´un cahier des charges, d´un prix et d´une valorisation des cochons entre apporteurs et acheteurs, où est le problème ? Les relations entre amont et aval, c´est-à-dire entre les producteurs et leurs clients, sont à réinventer. Cela passera par la restructuration de l´aval et par, je le répète, une nouvelle organisation capitalistique de la production.

Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Porcs de mai 2006 intitulé « Quels élevages pour demain ? ». (R. P. nº127, 17 pages)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui