Réussir porc 27 janvier 2012 à 10h45 | Par D.Poilvet

GTE et GTT 2010 - Les résultats techniques toujours en progression

Selon la synthèse 2010 réalisée par l’Ifip, tous les résultats techniques s’améliorent. C’est notamment le cas en engraissement, avec une forte baisse de l’indice et des croissances en hausse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Sur les aspects techniques, tous les signaux sont au vert dans les elevages français, avec une progression nette de l’ensemble des criteres calcules par l’Ifip dans le cadre des resultats nationaux GTE et GTTT. C’est notamment le cas en engraissement, ou, grace a un sanitaire stabilise (le taux de pertes se maintient sous les 4 %), et aussi au progres genetique (voir Reussir Porcs, sept 2011 page 50), l’indice de consommation continue de baisser (2,82). La croissance s’ameliore egalement (792 g/j), alors que pendant longtemps la reference moyenne en engraissement se situait autour de 750 g/j.
L’age a 115 kg standardise (183 jours) a gagne trois jours en deux ans. Les post-sevreurs depassent meme la barre des 800 g/j, grace sans doute a la bonne qualite sanitaire des porcelets
qu’ils reçoivent des maternites collectives. La progression est signi- ficative egalement pour les criteres d’abattage, et confirme les donnees d’Uniporc Ouest : + 0,2 point pour le TMP (60,5), et + 1 % pour le pourcentage de porcs dans la gamme (86 %).


28,2 PORCELETS SEVRES


La GTTT revele une progression nette des resultats techniques de reproduction, synthetises par le nombre de porcelets sevres par truie et par an (28,2, en progression de 0,3 porcelet en un an). Le tiers superieur frole desormais les 30 sevres (29,9). Fait nouveau, cette progression ne vient pas d’une amelioration du nombre de sevres par portee (stable a 11,3 porcelets), mais de la baisse de l’intervalle entre deux mises bas (147,3 jours, en baisse de 0,5 jour). Cette evolution est liee essentiellement a l’intervalle sevrage saillie fecondante (ISSF) en net recul (8,4 jours), signe que le statut sanitaire des truies s’ameliore, ainsi que la technicite des eleveurs. Les nouveaux programmes genetiques, axes non seulement sur la prolificite, mais aussi sur le taux de survie des porcelets, commen- cent a donner des resultats : le taux de pertes sur nes totaux decroit legerement de 1,2 % depuis cinq ans (19,9 %), de meme que celui sur les nes vifs (- 0,8 %, a 13,6 %).
Sur le plan economique, le prix moyen d’aliment de 200 €/tonne cache des disparites importantes sur l’annee, avec une flambee des prix a partir de juin. Par rapport a 2009, il se situe au meme niveau (+ 1 €/tonne). Le prix de vente des porcs charcutiers ayant ete en leger retrait (- 1,5 ct, a 1,301 €/kg), la marge sur cout alimentaire baisse de 9 euros par truie (962 €).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui