Réussir porc 30 septembre 2014 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

GTE : baisse marquée des indices de consommation

En 2013, l’indice de consommation global moyen des élevages français naisseurs-engraisseurs a diminué de 0,03 point, à 2,87. En engraissement, la croissance atteint pour la première fois la barre des 800 grammes par jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les performances en post-sevrage sont plus stables, que ce soient l’indice de consommation ou la croissance.
Les performances en post-sevrage sont plus stables, que ce soient l’indice de consommation ou la croissance. - © C. Gérard

Les performances techniques des élevages de porcs français progressent dans leur globalité en 2013. Selon la référence GTE-Ifip, l’indice de consommation global passe en un an de 2,90 à 2,87. L’indice 30-115 kg  gagne également 0,03 point (2,77). Dans le même temps, la croissance en engraissement a fortement augmenté, avec une progression de 7 grammes par jour du GMQ technique 30-115 kg (800 g/j).
À cela s’ajoutent une augmentation du poids de vente (117 kg vif, contre 116,5 kg en 2012) et un TMP en progression de 0,2 point (60,7). Le taux de pertes et saisies n’évolue pas, à 3,6 %.
Les performances en post-sevrage sont plus stables, que ce soient l’indice de consommation ou la croissance. Mais ici aussi, le taux de perte ne bouge pas. Il reste à un niveau très bas (2,3 %), ce qui démontre que les pathologies majeures sont bien maîtrisées.

- © Infographie Réussir

2569 kilos vifs produits par truie


Le nombre de porcs produits par truie présente et par an progresse de 0,1 (22,6), grâce aux bonnes performances de reproduction. Sous l’effet conjugué de l’augmentation de la productivité et du poids des porcs à l’abattage, le nombre de kilos vifs produits par truie passe de 2541 à 2569 kg (+ 28 kg).
Malheureusement, le seul critère qui régresse en 2013 est la marge sur coût alimentaire, à 974 euros par truie et par an contre 1036 euros en 2012, malgré la faible augmentation du prix moyen du porc vendu (de 1,614 €/kg à 1,637 €/kg, soit + 2,3 c/kg).

- © Infographie Réussir

Cette baisse est liée à une forte hausse du coût alimentaire du kilo de croît, qui passe de 0,796 €/kg à 0,838 €/kg (+ 4,2 c/kg), sous l’effet de la hausse du prix de l’aliment (292 €/tonne en moyenne en 2013, contre 275 € en 2012). Ces moyennes cachent cependant de fortes disparités entre les élevages. Les chambres d’agriculture de Bretagne ont notamment mis en évidence un écart important de prix moyen des aliments consommés entre les éleveurs qui achètent leurs aliment (302 €/t) et ceux qui les fabriquent, principalement avec des céréales humides (272 €/t). Au final, ces derniers ont une marge sur coût alimentaire supérieure de 282 €/t à ceux qui achètent leurs aliments (1215 € par truie contre 933 €).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui