Réussir porc 18 août 2006 à 12h03 | Par Claudine Gérard

Groupements - LT, bien en course pour 2040

A partir d´un film de fiction, « 29 janvier 2040, faut-il creuser la Manche », le groupement finistérien LT a organisé une table ronde sur l´avenir de l´agriculture et de l´élevage de porc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des productions agricoles essentiellement réalisées en Asie, une Europe qui achète tous ses produits alimentaires et qui se trouve en situation de pénurie en raison de problèmes énergétiques, une côte anglaise qui devient si chaude qu´elle a trouvé une vocation touristique, tandis qu´il faut faire fondre les icebergs pour trouver l´eau devenue rare. Voici quelques clichés du film réalisé par Gwenola Floch Penn, film de fiction qui a servi de base à une réflexion sur l´avenir lors de l´assemblée générale du LT à Lesneven. « Si prévoir est impossible, réfléchir est indispensable », prévenait Jean-Pierre Joly, participant à la table ronde. Effectivement, il ne sera évidemment pas ressorti de ce débat un scénario à l´horizon 2040. Cependant, François Saint-Léger, de Breizh Europe, calcule que 2040, ce sera 54 à 55 ans après les négociations de l´OMC, soit autant de temps écoulé de la création du Gatt, en 1947, à ce jour. Mondialisation, pays émergents, sursaut de la Chine, cohésion de l´Europe, nouvelles maladies. De nombreux thèmes ont été abordés avec quelques difficultés à s´extraire du présent et se projeter dans un avenir si lointain.
Plus concrètement, Thierry Gallou, nouveau directeur du LT, a présenté le groupement en chiffres : 116 élevages produisent aujourd´hui un peu plus d´un million de porcs charcutiers, « plaçant le groupement au 4e rang national ».
Le directeur calcule en outre que, « à raison de 6,8 emplois induits pour un éleveur, l´activité du groupement génère 3450 emplois directs et indirects ». Il souligne aussi les efforts importants réalisés par les structures du groupement en matière d´environnement : 48 « ouvrages de traitement » individuel ou collectif seront opérationnels fin 2006, pour le traitement de 62 structures, représentant un investissement « colossal » de 280 millions d´euros. Il calcule en outre que les adhérents sont très impliqués dans la fabrication à la ferme, le groupement dénombrant 56 Faf qui fabriquent 370 000 tonnes d´aliment par an, « soit 60 % de la consommation totale des porcs du groupement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui