Réussir porc 10 août 2007 à 15h01 | Par Dominique Poilvet

Grande distribution - Mieux valoriser la viande de porc

Pour Anne Lacoste, ingénieur qualité à l´Ifip, il est urgent que la filière porcine trouve enfin des solutions pour mieux valoriser la viande de porc à la vente, afin d´accroître la plus-value sur les carcasses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Actuellement, seules les promotions sur les prix arrivent à dynamiser les ventes de viande de porcs », expliquait Anne Lacoste, ingénieur à l´Ifip, à l´occasion d´un exposé réalisé lors de l´AG de l´Arip Normandie le 25 mai dernier. « Ce n´est pas le meilleur moyen pour ajouter de la plus-value aux carcasses. » Pour que la viande de porc ne soit plus uniquement un produit d´appel, la solution réside dans la diversification de l´offre et la communication : elle doit être présentée aux consommateurs sous une forme qui lui donne envie de l´acheter. Pour cela, quatre axes de communication qui, aujourd´hui, retiennent l´attention du consommateur, sont à privilégier :
1 - La nutrition-santé : La viande de porc a une image négative sur cet aspect. Mais elle peut être un produit maigre si elle est dégraissée. C´est une question de préparation et de présentation visuelle.
2 - La praticité : Les consommateurs demandent des produits qui se préparent rapidement : viande assaisonnée, cuisson possible au micro-ondes.
3 - Le plaisir : La viande de porc s´accommode bien d´aromates et de sauces.
4 - L´éthique : Les signes qualité existent déjà, il faut les développer.

En 2004, l´Ifip avait comparé la présentation de la viande de porc à l´étranger, dans des pays où les habitants en consomment beaucoup (Espagne, Allemagne, Hollande.). Pour Anne Lacoste, ces pays étaient déjà nettement en avance par rapport à la France sur les aspects présentation, diversification et élaboration des produits. Depuis, les linéaires français ne semblent pas avoir progressé sur ces aspects, la traditionnelle barquette de côtes de porc ou de rôti d´origine non identifiée étant la présentation la plus courante dans les libres-services des supermarchés.
Pour l´Ifip, diversification de l´offre et communication sont nécessaires. Il n´y a pas que les promotions qui doivent donner au consommateur l´envie d´acheter de la viande de porc. ©D. Poilvet

Pourtant, il est urgent d´agir : en France, 82 % de la viande fraîche de porc est vendue en libre-service dans les grandes surfaces. Selon une enquête réalisée récemment par l´Ifip auprès de chefs de rayons, des efforts ont été faits pour assurer la traçabilité et prouver la qualité de la viande. Mais dans leur esprit, le porc est considéré comme un produit d´appel, et donc doit être vendu à un prix bas. De ce fait, la vente de produits élaborés à base de viande de porc leur semble aléatoire, soit par un prix trop élevé, soit parce qu´il ne correspond pas aux envies des clients. « Sur 10 nouveaux produits proposés aux distributeurs, un seul sera conservé, admet Anne Lacoste. Mais l´innovation est nécessaire pour que les ventes progressent, sinon les parts de marché continueront de diminuer au profit d´autres viandes », conclut-elle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui