Réussir porc 05 juin 2007 à 17h01 | Par Armelle Puybasset

Formation - Un « parcours porc » pour aider au recrutement des salariés

L´association Emploi Formation d´Ille et Vilaine a mis en place, avec ses partenaires, un « parcours porcs », dispositif destiné à intéresser et à former des candidats à ce métier, qu´ils connaissent ou non le milieu agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De nombreux éleveurs de porcs ont des difficultés à recruter des salariés, souvent par manque de candidatures. En témoigne le nombre d´offres d´emploi plus nombreuses que les demandes. En Ille et Vilaine, par exemple, l´association Emploi Formation a répertorié dans sa bourse d´emploi, en 2006, 89 propositions d´emploi pour 58 candidatures. Pour remédier à cette inadéquation entre l´offre et la demande, l´AEF 35 a développé avec quatre partenaires, le groupement Arca, l´ANPE, le centre de formation du Rheu et le Fafsea, un dispositif d´accompagnement au recrutement. Baptisé « parcours porc », il a pour objectif de faciliter l´accueil et l´adaptation de demandeurs d´emploi au poste d´agent d´élevage.
Accompagner les salariés
L´intérêt est d´élargir la recherche auprès de jeunes ou de moins jeunes qui ne connaissent pas forcément le milieu agricole et encore moins celui de l´élevage porcin. Une fois sélectionnés par l´ANPE, les candidats bénéficieront d´une formation de 6 à 8 mois en alternance entre le centre de formation du Rheu et l´élevage en recherche de salarié. A l´issue de cette période, ce dernier s´engagera pour un CDI ou un CDD d´au moins six mois. « Les frais de formation sont intégralement pris en charge et les stagiaires bénéficieront d´une rémunération », précise Loïc Le Bihan, de l´ANPE. La sélection des candidats se fera en plusieurs étapes : une présentation du métier (des conditions de travail, des horaires, des salaires.), la visite d´une exploitation et un recrutement par la méthode de simulation. Une méthode originale utilisée depuis longtemps dans le secteur de l´industrie automobile et plus récemment dans le maraîchage, basée sur la mesure des capacités d´un candidat à s´adapter à un poste (comme répéter une tâche pendant plusieurs heures de la journée) plutôt que sur ses compétences et ses connaissances.
Présenté lors du bilan annuel de l´AEF 35, à Rennes, le 20 mars dernier, ce projet a suscité de nombreuses réactions positives, tout d´abord de la part des éleveurs et du groupement Arca. « Les éleveurs sont confrontés à un problème chronique de manque de main-d´oeuvre », explique Philippe Morel, technicien Arca. « Beaucoup sont prêts à s´investir dans la formation de jeunes. Peu importe qu´ils soient qualifiés ou non, du moment qu´ils sont motivés. Le parcours porc va faciliter et accompagner leur démarche d´emploi », estime-t-il. « Le métier d´agent d´élevage est souvent méconnu. Au fil des ans, les techniques d´élevage ont évolué, avec de plus en plus d´automates. Le métier d´agent porcin est peut-être moins physique qu´avant mais il est devenu plus technique et spécialisé. » Après 20 ans passés dans une compagnie d´assurance, Fabien Mottier a suivi ce type de parcours en 2000, ce qui lui a permis de passer de la fonction de commercial à celui d´agent de remplacement en élevage porcin (Sdaec). « J´apprécie ce travail qui demande technicité, rigueur et autonomie », explique-t-il. « Pour bien réussir sa reconversion, il me paraît indispensable de passer par un centre de formation. »
Le métier d´agent technique porcin est évolutif vers un poste à responsabilité. En témoigne René Godin, aujourd´hui retraité, qui a commencé comme vacher à l´âge de 17 ans pour finir responsable d´un élevage de 180 truies. « Ce métier demande d´avoir un esprit animalier et observateur, d´être autonome et bricoleur. »
15 personnes formées par an
La première session de formation du « parcours porcs » démarrera fin mai. L´objectif est de former 15 personnes chaque année. Une formation d´une ou deux journées sera également proposée aux employeurs (pédagogie, tutorat.). Les AEF du Morbihan et des Côtes-d´Armor s´interrogent également sur l´opportunité de développer ce genre de projet dans leur département. Une action similaire a déjà été mise en place dans le Finistère en partenariat avec le centre de formation de Lesneven.

Bilan 2006 de la bourse de l´emploi dans le secteur porcin en Bretagne
Bilan 2006 de la bourse de l´emploi dans le secteur porcin en Bretagne
541 offres d´emploi, soit 29,5 % des offres agricoles :
- agent d´élevage : 256 offres ;
- technicien d´élevage : 12 offres ;
- responsable d´élevage : 21 offres ;
- agent d´entretien : 252 offres.
Demandes d´emploi en porcs : 510 soit 18,5 % des demandes agricoles.
Placements : 325.
Les offres dans le secteur porcin sont supérieures aux candidatures dans les départements 22, 35 et 56. Seul le Finistère indique un nombre d´offres moins élevé que les demandes (dont 40 % viennent de candidats qui ont déjà un poste agricole et souhaitent changer).
En Ille et Vilaine, 75 % des offres en porc se font dans le cadre d´un renouvellement de poste (contre 50 % toutes productions agricoles confondues).

Source : AEF 22, 29, 56 et 35.
Rens. : AEF 35, Valérie Heyser, Tél. 02 23 48 29 46.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui