Réussir porc 18 juillet 2002 à 15h09 | Par Claudine Gérard

Filière porcine - Après un incendie, un élevage reconstruit « au top » des normes anti-feu

Le Gaec Sciau d´Orient, à Bain-sur-Oust (35) vient d´achever la reconstruction d´un atelier de 300 truies qui cumule un maximum de mesures innovantes en matière de prévention d´incendie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le 5 août 2000, seul le bâtiment abritant les porcs de plus de 50 kg est épargné par l´incendie qui ravage le reste de l´atelier de 300 truies et la suite. L´origine est inconnue, mais le défaut électrique est fortement suspecté.
Aussitôt, une cellule de crise rassemble le groupement : Cooperl Hunaudaye, Groupama, l´assureur, un expert, et les trois membres du Gaec, Eric et Jacques-Yves Rollais et Yves Medan. Compte tenu de l´âge des associés, une trentaine d´années, et de leur intérêt pour le porc, la décision est prise de rebondir.
Après l´incendie. ©Cooperl

Un surcoût de 5 à 7 % pour un maximum de sécurité
Très vite, Cooperl Hunaudaye prépare le pré-troupeau dans un atelier à disposition du groupement. Situé à Quessoy, cet élevage sous air filtré peut héberger 200 truies. Il recevra 4 lots de 40 cochettes qui y seront saillies, afin d´être prêtes à livrer pour les mise-bas. Dans le même temps, le projet de reconstruction avance avec deux préoccupations : reconstruire sur l´emplacement même, comme stipulé par le contrat d´assurance, et prendre le maximum de mesures pour que jamais un désastre pareil n´arrive. « Les mesures de sécurité que nous avons prises représentent un surcoût de 5 à 7 % », précise Eric Rollais, « mais quand on a vécu un tel sinistre, on n´hésite pas une seconde. »
Le partenariat entre le service bâtiment de Cooperl-Hunaudaye et Groupama conduit les éleveurs à cumuler des solutions innovantes. Un mur pare-feu « isole » la verraterie gestante du reste de l´élevage. Ils est construit en parpaings dans les combles, et dépasse la toiture de 40 cm. « nous devions rester dans une configuration de bloc compact, tout en préservant les différents postes », explique Claude Geffrelot, du service bâtiment du groupement.

Portes pare-feu en bois exotique
Dans le même but, des portes pare-feu séparent les différents « compartiments de l´élevage ». Elles sont constituées d´un carré en bois exotique, de battants dont les deux faces sont métalliques avec une âme pleine en laine de roche. Elles équipent en particulier le local électrique, indépendant des salles, qui rassemble la totalité de la puissance électrique du bloc naissage. Ce bloc est isolé du local de broyage par un mur pare-feu, et tous les matériaux - murs et plafonds - sont de catégorie M0 (voir encadré).
Autre souci récurant dans tous les bâtiments : soigner les circuits électriques et avoir le moins de prises de courant possible. Le câblage électrique principal et la boîte de dérivation sont placés dans un chemin de câble en dessous du plafond, afin qu´aucune connexion ne se trouve dans les combles. Les circuits électriques sont distants au maximum des circuits d´eau, qui se trouvent de l´autre coté des couloirs.

Limiter le nombre de prises de courant
Pour limiter le nombre de prises de courant, plusieurs choix ont été faits. En maternité, les connexions des plaques chauffantes sont réalisées dans un chemin de câble visible, facile d´accès et d´entretien. En post-sevrage, le chauffage est assuré par des radiants halogènes qui, compte tenu de leur puissance, permettent « l´économie » de prises électriques : chacune des deux salles de 200 porcelets est équipée de 5 radiants procurant un total de 8000 watts (40 w par porcelet) avec seulement 5 prises contre 15 à 16 avec un système classique de radiant. En pré-engraissement, dans le même souci, un seul aérotherme par salle de 200 porcelets permet le chauffage de la salle. Enfin, un poste fixe de lavage dans le couloir limite aussi le nombre de prises de courant.
Par ailleurs, les éleveurs ont opté pour un bâtiment qui rassemble les dernières avancées en terme de confort des animaux et des éleveurs : salles claires, local spécifique aux sacs, fosse de prélèvement et laboratoire pour la préparation de la semence, cloisons pleines, inox, cooling... toutes options qui en font un bâtiment moderne et, surtout, normalement à l´abri d´un incendie.

Après la reconstruction. ©C. Gérard

(La version intégrale de l´article, disponible dans Réussir Porcs de mai 2002, comprend un reportage photos des nouveaux équipements choisis pour prévenir l´incendie et répondre aux normes de confort pour les hommes et les porcs.)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui