Réussir porc 20 octobre 2010 à 14h44 | Par C.Gérard

Etude Ifip - Quatre scénarios « de choc » pour l’alimentation animale en 2020

chapo Les différents scénarios prospectifs pour 2020 réalisés par l’ifip sur le prix de l’aliment porc montrent que les écarts de prix entre les grands bassins mondiaux –Europe, Brésil, et Etats-Unis devraient se réduire. Mais la rentabilité des filières animales dépendra de choix politiques et sociétaux

Abonnez-vous Réagir Imprimer

 

Que seront les marchés des matières premières, donc de l'aliment du bétail en 2020 ?

  « La situation combinera plusieurs hypothèses" répond Marie-Alix Roussillon, ingénieur à l'Ifip, qui a réalisé une étude prospective sur les marchés mondiaux des céréales et du soja, et l'impact sur le prix de l'aliment. Au cœur de l'étude, 3 bassins porcins : la Bretagne, le Brésil, et les USA. Et pour l'étude, 4 scénarios sont envisagés. S'ils diffèrent sur les hypothèses et l'impact sur le prix de l'aliment, donc le coût de production, ils tendent tous les 4 à une situation où,  « sauf ruptures sur les marchés agricoles d'ordre politique ou macro économique », @(Texte_courant au final, les écarts de prix entre ces 3 bassins tendraient à se réduire. Et, en conséquence, la rentabilité des filières porcines européennes dépendra de la cohérence des choix politiques et de société entre les produits végétaux et animaux, sur la production et le commerce »  conclut-elle.  

 

 Scénario de libéralisation des marchés agricoles au niveau mondial

Ce scénario est basé sur un accord à l'OMC qui conduirait à une ouverture des marchés et une réduction des soutiens à l'exportation et à la production. La Pac serait réformée, sur la base d'un découplage total des aides et une réorganisation des aides des grandes cultures vers les zones défavorisées.

La baisse des soutiens conduit à une diminution des surfaces cultivées en céréales dans l'UE et une hausse de leur prix de 8 %. Un accord à l'OMC aurait un effet haussier sur les prix mondiaux des céréales de 6 % et de 5 % sur les tourteaux ; D'où une convergence de prix dans les trois bassins, et un « surcoût » de l'aliment breton de seulement 2 à 3 $/t avec le Brésil et les Etats-Unis.

 

 Scénario de reprise des investissements dans l'UE

 En réaction à la concurrence du bassin de la Mer Noire, en fort développement céréalier, l'UE miserait sur des investissements en recherche développement. Les OGM et les farines animales seraient autorisés pour l'alimentation animale, et le développement des bio carburants serait source de tourteaux de colza en quantités supplémentaires.

Avec une production de céréales en hausse de 8 % dans l'UE, leurs prix seraient en baisse de 10 %. Et la Bretagne aurait alors un avantage concurrentiel de son aliment porc de 16 $/t par rapport aux Etats-Unis, et 20 €/t par rapport au Brésil.

 Scénario de développement « durable » et d'atouts « santé »

t La consommation de viande serait en baisse de 10 % dans les pays développés. Une taxe carbone est instaurée sur les importations et des barrières non tarifaires aux échanges, au titre du développement durable, se mettent en place. Les rendements en céréales diminuant en Europe de 8 %, les prix augmentent d'autant. Les nouvelles contraintes augmentent le prix des tourteaux de 10 %. Le prix de l'aliment breton devient alors supérieur de 22 $/t à celui des Etats-Unis...

Scénario de maîtrise de la logistique au Brésil

 Le pays renforce ainsi sa compétitivité , avec une baisse des prix des matières premières de 15 % et devient le plus compétitif en terme de prix de l'aliment. L'Union européenne profiterait ainsi de la baisse des prix des importations de tourteaux brésiliens.

  

 

 Un scénario de référence basé sur l'historique 2000 à 2009

 Sur la période 2000 à 2009, concernant le prix moyen de l'aliment porc, les Etats-Unis et le Brésil ont un avantage comparatif vis-à-vis de la Bretagne de 48 et 30 $/tonne en moyenne. Ils retirent un avantage de l'approvisionnement local en protéines végétales par rapport aux filières européennes qui en importent une grande majorité, cet avantage représentant sur la période 53 €/t de tourteau de soja. Concernant les céréales, les prix du continent américain sont aussi inférieurs à ceux rencontrés dans l'Ouest de la France, avec un différentiel moyen sur le maïs de 68 $/t avec les USA et 42 $/t avec le Brésil . Toutefois, la Bretagne peut abaisser ses coûts grâce à l'utilisation de matières premières plus variées telles que le tourteau de colza, l'orge etc... 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui