Réussir porc 04 avril 2001 à 17h02 | Par Dominique Poilvet

Étude EDE Bretagne-Pays de la Loire : respecter les normes d´élevage pour sevrer "blanc"

Le sevrage non médicamenteux des porcelets passe essentiellement par le respect des normes d´élevage et une surveillance accrue des animaux. C´est ce que démontre une enquête réalisée par les EDE de Bretagne et des Pays de la Loire dans trente élevages naisseur-engraisseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des mesures de protection vis-à-vis de l´extérieur, des mouvements d´animaux limités, de la rigueur dans les vides sanitaires, un accueil soigné en post-sevrage...
L´ensemble des élevages enquêtés avaient tous un point commun : assurer aux porcelets un "confort sanitaire" maximal pour éviter une supplémentation systématique dans l´aliment premier âge.
Leurs performances, supérieures aux moyennes régionales, prouvent que la technique apporte probablement un plus dans le fonctionnement de l´élevage.
La réduction des dépenses de santé est l´un des objectifs majeurs de cette démarche pour 34 % des éleveurs enquêtés. Mais d´autres paramètres sont également pris en compte : amélioration de la qualité et de l´image du produit, construction ou rénovation des bâtiments, mise en place de la traçabilité. "Certains éleveurs ont même appliqué la démarche suite à des problèmes sanitaires non résolus dans l´élevage", indique Sylvie Ogel, de la Chambre d´agriculture de la Mayenne, qui présentait l´étude à la journée technique des Pays de la Loire à Angers le 15 décembre dernier. Preuve que la lutte contre les maladies peut se faire sans avoir recours à l´antibiothérapie systématique.
Si la quasi-totalité des éleveurs enquêtés pratique un vide sanitaire systématique en post-sevrage, plus de la moitié (58 %) le prolongent au-delà de sept jours. "25 à 30 % des élevages désinfectent les préfosses au moins occasionnellement", précise Sylvie Ogel.
Accueil soigné
Les éleveurs attachent beaucoup d´importance aux conditions d´accueil des porcelets en post-sevrage. Les salles sont généralement préchauffées à 25 ºC en moyenne, soit par les chauffages fixes, soit par un appareil mobile (37 %).
La conduite alimentaire tient aussi une place importante. "71 % des éleveurs alimentent leurs porcelets au moins deux fois par jour au cours de la première semaine de sevrage." Ils sont également nombreux à raisonner la durée de distribution du premier âge case par case (67 % des ateliers), et à respecter une transition alimentaire de cinq jours en moyenne (82 %).
Les mouvements d´animaux sont limités dans la mesure du possible : 73 % des élevages peuvent pratiquer la "marche en avant". Ils ne parcourent jamais en sens inverse un couloir qu´ils ont déjà emprunté. Les mesures préconisées par l´Afssa pour combattre la Map sont en général bien intégrées. "En cours de post-sevrage, les porcelets sont peu triés après leur entrée", précise Sylvie Ogel. Ils ne sont que 10 % à dédoubler les cases et 20 % à opérer un tri ; 68 % des ateliers disposent de cases de post-sevrage séparées par des cloisons pleines. Cependant, seulement 21 % des éleveurs tiennent compte des rangs de portée pour réaliser l´allotement.
Protection de l´élevage
Les mesures de protection vis-à-vis de l´extérieur sont simples, mais visiblement efficaces.
Tous disposent d´un quai d´embarquement et la plupart (82 %) d´un local de stockage pour le départ des porcs ; 77 % des éleveurs ont également placé le post-sevrage pour qu´il ne soit pas positionné sous le vent de l´engraissement, "des mesures simples mais qui ont malgré tout une importance pour le maintien d´un bon statut sanitaire global de l´élevage".
La réactivité des éleveurs face aux éventuels problèmes sanitaires qui peuvent survenir en post-sevrage est également l´une des clés du succès de la démarche.
Car si l´aliment n´est pas supplémenté, certains éleveurs de l´échantillon utilisent des produits médicamenteux de manière ponctuelle, par voie orale ou par injection. "80 % des éleveurs sont équipés d´une pompe doseuse, mais ils ne s´en servent que très rarement", indique Sylvie Ogel. L´essentiel étant pour eux d´être persuadés que la performance ne passe pas forcément par un recours systématique aux médicaments.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui