Réussir porc 17 mai 2002 à 10h36 | Par Claudine Gérard

Elevage porcin - Vers un troisième aliment pour les truies autour de la mise bas

L´alimentation biphase des truies a largement trouvé sa place. Aujourd´hui, un troisième aliment à distribuer autour de la mise bas est en passe de s´imposer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Jean-Yves et Malou Queguiner, naisseur-engraisseurs à Kersaint Plabennec (29) utilisent depuis début 2000 un aliment spécifique autour de la mise bas : le Toni Doxia de Guyomarc´h. « Je n´ai aucune intention d´en changer ! affirme Malou Queguiner, les avantages que j´en retire sont trop importants ».

Un silo supplémentaire
A l´origine, c´était un problème de constipation des truies après la mise bas qui avait décidé les éleveurs à accepter le test de ce produit. Très vite, la preuve était faite que les déjections étaient redevenues correctes, et que l´aliment « péri-mise bas » avait résolu le problème. Pour systématiser l´emploi de ce troisième aliment truies, les éleveurs ont investi dans un silo de trois tonnes, pour un coût d´environ 1 200 euros (8 000 F). Car l´ensemble de l´élevage, maternités comprises, est alimenté en soupe. Le programme informatique permettant d´ajouter une préparation, ce seul investissement en silo supplémentaire suffisait donc. Les séries de préparation de soupe se sont alors « compliquées » de deux préparations supplémentaires de repas « truie mise bas » : la première le matin (8 h 30) après les gestantes et allaitantes, et le second le soir (17 h) dans le même ordre. Compte tenu des 40 à 45 truies par bande, et d´un niveau de distribution de trois kilogrammes par jour en deux repas dilués à quatre litres d´eau par kilo d´aliment, chaque préparation de Doxia représente donc une soupière de 240 litres.

Repas spécial dix jours avant la mise bas
Pour les éleveurs, l´installation Asserva permet d´obtenir un mélange et une distribution corrects pendant les trois semaines de distribution. Car la maternité est proche de la cuve, et desservie par des tuyauteries de 40 mm avec une configuration en épi par rapport au circuit principal.
Le repas « spécial mise bas » est en effet distribué aux truies dès l´entrée en maternité, soit dans le cas présent, le vendredi, dix jours avant la mise bas. Il est offert en deux repas entre lesquels est distribué un repas d´eau. Le mercredi des mises bas, ce régime est distribué à la main, selon l´appétit des truies. Après la mise bas, il est apporté comme un aliment « allaitante », à raison de 1,5 kg par jour au début, avec une progression fonction de l´appétit des truies, jusqu´au vendredi ; l´aliment « allaitante » prenant alors le relais. La durée de distribution s´établit donc à quinze jours, soit un total d´environ quarante kilos par truie, donc 1,6 à 2 tonnes par bande (conduite en trois semaines).

Quinze jours d´aliments péri-mise bas : le fait de rentrer les truies dix jours avant la mise bas permet de distribuer Doxia pendant quinze jours au total.
Plus jamais d´antibiotiques donnés systématiquement
Après deux ans d´application de cette technique, et même si la génétique a changé, les éleveurs n´y voient que des avantages. Outre les problèmes de constipation qui ont disparu, l´éleveur trouve le travail beaucoup plus facile : les mises bas sont rapides (1 h et demie à 2 h), les fouilles n´étant qu´une sécurité. « Je ne prends même plus les températures après la mise bas et je n´utilise jamais d´antibiotique de façon systématique », explique M. Queguiner. Elle juge aussi les porcelets plus vigoureux et la montée de lait plus rapide. Autant d´avantages qu´elle ne pourra quantifier en terme de retour sur investissement. Il en coûte en effet - outre l´investissement dans le silo - 5 euros (33 F) par truie et par an (0,05 euro de plus par kg d´aliment par rapport à une gestante, par 40 kg par cycle, et par 2,4 cycles par an).
Seul bémol, le refus de deux à trois truies par bande de consommer l´aliment à l´entrée en maternité. « Un problème dont l´origine est liée au taux de matières grasses élevé de la formule », explique Rémi Maguer, responsable marché porc Guyomarc´h, qui affirme avoir trouvé la solution. J.-Y. et M. Queguiner devraient le constater dès la prochaine livraison.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui