Réussir porc 20 mai 2002 à 15h45 | Par Dominique Poilvet

Elevage porcin - Un flushing sur les cochettes augmente leur prolificité

L´augmentation de la ration avant la première insémination des cochettes accroît le nombre de nés totaux de 15 % en première portée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une étude effectuée par les docteurs Ferreira et Sansot(1) dans un élevage du Sud-Ouest démontre que la prolificité des cochettes en première portée s´accroît considérablement si on leur applique un flushing alimentaire avant l´insémination.
Résultats d´essais concordants
Les 24 cochettes ayant participé à l´essai ont été introduites dans le troupeau sur une période de trois mois. Elles ont reçu quatre kilos d´aliment par jour, 24 heures après l´arrêt du Régumate et pendant six jours. Ensuite, le niveau de rationnement est stabilisé à 2,8 kg par jour jusqu´à la mise bas.
En comparaison avec trente cochettes inséminées l´année précédente à la même période, dans les mêmes conditions d´élevage mais avec un plan d´alimentation linéaire (2,75 kg d´aliment gestante par jour) la moyenne des nés totaux passe de 12,5 à 14,34. Cette progression (+ 1,84 porcelet par cochette) est très significative, d´autant plus que cet élevage avait déjà des niveaux de performances élevés : 26,9 porcelets sevrés par truie productive et par an, et 12,4 nés totaux par truie primipare en moyenne, avant le flushing. La comparaison a également été faite avec trente cochettes introduites sur une autre période, ayant produit 12,93 nés totaux. Dans ce cas aussi, la différence est significative (+ 1,4 né total). Mais cela veut surtout dire que la tendance à l´amélioration de la prolificité est nette avec un flushing.
C. Gérard

Le flushing consiste à apporter quatre kilogrammes d´aliment par jour pendant six jours.

Répercussions métaboliques
Il est difficile d´expliquer la relation entre l´augmentation de la ration avant la saillie fécondante et l´accroissement du nombre de nés totaux. Les auteurs de l´essai estiment que le flushing alimentaire aurait des répercussions métaboliques pouvant influencer le taux d´ovulation. L´augmentation de la glycémie et de l´insulinémie observée favoriserait les sécrétions d´hormones impliquées dans l´ovulation (FSH et LH), permettant une meilleure maturation folliculaire, un meilleur taux d´ovulation et donc une meilleure prolificité des truies primipares.
L´analyse des résultats de gestion technique des troupeaux de truies met souvent en évidence l´importance du niveau de prolificité des cochettes en première portée sur la suite de leur carrière. Une fois encore, cet essai démontre que la conduite d´élevage est un élément essentiel pour l´obtention de performances de niveau élevé.


(1) Anibio-Consultants à Arzacq (64).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui