Réussir porc 26 février 2004 à 18h24 | Par Dominique Poilvet

Elevage porcin - Plusieurs solutions possibles pour fabriquer son aliment à la ferme

A partir de trois témoignages d´éleveurs fabricants à la ferme, l´Airfaf (1) des Pays de la Loire démontre qu´il existe plusieurs solutions pour fabriquer son aliment à la ferme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il n´y a pas une, mais plusieurs solutions pour fabriquer son aliment à la ferme. Selon l´investissement et le niveau d´automatisme souhaité, le mode de stockage des matières premières et la taille de l´élevage, l´éleveur a le choix entre plusieurs options. Le témoignage de trois éleveurs lors d´une réunion organisée par l´Airfaf des Pays de la Loire le 18 novembre dernier à Angers démontre bien cette diversité. Le premier, un éleveur à la tête d´un atelier de 110 truies naisseur-engraisseur, veut valoriser ses céréales uniquement pour ses porcs charcutiers. Le stockage du maïs humide en couloir a limité les investissements et la machine à soupe sert de mélangeuse. Le second éleveur fabrique depuis 1980. Il a fait évoluer son installation en construisant une fabrique neuve pour l´ensemble de son cheptel (200 truies NE) avec notamment un silo tour. Le troisième est un jeune récemment installé pour qui fabriquer son aliment est une alternative à un accroissement du cheptel de moins en moins évident à réaliser. Son choix d´un système pneumatique autorise une automatisation très poussée des cycles de fabrication et une qualité optimale des aliments.

« Les raisons qui poussent les éleveurs à fabriquer leurs aliments sont essentiellement économiques », note Florence Maupertuis, animatrice technique Airfaf : la valorisation des céréales produites sur l´exploitation est souvent citée.
©D. Poilvet


Bonne qualité de l´aliment et meilleure régularité
Les éleveurs sont également convaincus que leurs aliments sont de meilleure qualité, ou bien présentent une meilleure régularité d´une récolte à l´autre. La maîtrise du coût alimentaire est aussi un élément majeur sur lequel la fabrication de son aliment peut jouer. « Attention cependant à bien calculer le coût de fabrication », met en garde Florence Maupertuis. « L´éleveur doit choisir entre le niveau de l´investissement et le temps de travail supplémentaire que l´installation impose ». L´exemple le plus souvent cité concerne le mode de stockage du maïs humide. Un silo couloir est moins cher qu´un silo tour, mais demande plus de manutention. « Les économies d´échelles sont également importantes : un élevage de taille importante amortit plus facilement son installation qu´un élevage de taille modeste », ajoute la technicienne. Au final, le coût de fabrication varie fortement : de 19 à 28 euros/tonne (0,13 à 0,19 F/kg) pour ces trois élevages.

« Mais comme on raisonne sur du long terme, il faut avoir en tête ce que cela coûtera quand les installations seront amorties ». Et là,
on peut descendre très bas : 5,5 e/T (3,6 cts de F/kg) pour l´installation la plus automatisée et la moins gourmande en coût de fonctionnement.
Mais le coût de la fabrication n´est pas seulement à prendre en compte dans le calcul du prix des aliments. « L´éleveur doit parfaitement maîtriser son approvisionnement en matières premières. Une céréale ou un tourteau de soja de mauvaise qualité sera payé toujours trop cher », prévient Bernard Herman , président d´Airfaf Sud Ouest venu en voisin pour soutenir l´action des Pays de la Loire. « N´oublions pas que le coût de la formule représente plus de 80 % de l´aliment au final ».

Fabriquer soi-même les aliments nécessaires à son élevage ne s´improvise donc pas. « Etre « fafeur », c´est un vrai métier. C´est aussi un état d´esprit, celui de vouloir être le plus autonome possible, au même titre que l´autorenouvellement des reproducteurs », affirme Georges Remeau, éleveur à Gesté dans le Maine et Loire. « La Faf est une opportunité pour les éleveurs de porcs. Si elle se développe en France, ce n´est pas sans raison », conclut Bernard Herman.


(1) Airfaf : Association inter régionale des éleveurs fabricants d´aliments à la ferme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui