Réussir porc 15 avril 2004 à 16h39 | Par

Elevage porcin - Plusieurs pistes pour traquer et éliminer les odeurs présentées au salon Agromek

Soutenues par l´Institut de recherche agricole, les entreprises danoises se mobilisent pour réduire les nuisances olfactives des élevages. Plusieurs équipements étaient présentés au salon danois Agromek, fin janvier dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La technique IQO
La technique IQO (Quantification et Identification des composés Odorants) est une nouvelle méthode permettant de mesurer les odeurs. L´originalité de cette technique tient au mode de prélèvement et de conservation des composés odorants. L´air à analyser est aspiré dans un petit tube en acier contenant une substance qui absorbe les odeurs. Les tubes peuvent être conservés jusqu´à 6 semaines alors qu´habituellement les échantillons d´air doivent être dosés sous 24 heures. Les composés odorants sont filtrés puis qualifiés et quantifiés par des méthodes d´analyses traditionnelles : chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse. La société Lugt Tek, qui développe cette méthode, essaie actuellement de déterminer la relation entre la concentration d´une molécule odorante et sa contribution à l´odeur ressentie.
Tél. +45 89 99 25 15
Des granulés qui fixent l´ammoniaque
Farm Fresh est un produit biologique composé de minéraux sous forme de granulés. Selon son distributeur Broste, il diminue de 80 % les odeurs et réduit la teneur en ammoniaque présente dans les élevages de 20 ppm à 2 ppm. Le produit est réparti, manuellement ou avec un diffuseur, sur les zones de vie des animaux une à deux fois par semaine. Il faut compter 50 g par truie ou 25 g par m2 pour les porcelets (prix indicatif d´un sac de 25 kilos : 25 euros).
Tél. + 45 45 26 33 33.
©A. Puybasset

Un épurateur d´air pour 0,68 ? par porc charcutier
Le Water Drop,actuellement à l´étude par la société Turbovent, a pour objectif d´ éliminer 70 à 80 % des odeurs. L´épurateur d´air est installé dans les cheminées d´aspiration. L´air y est mélangé avec de fines gouttelettes d´eau. Celles-ci fixent 90 % des poussières, qui sont les supports des composés odorants. L´eau « viciée » retombe dans un réservoir et est ensuite filtrée et recyclée. L´ajout d´un acide « biologique » dans l´eau améliore l´efficacité du système. « Il réduit de 40 % la teneur en ammoniaque mais n´a pas d´effet sur l´odeur », estime Thomas Krogh Hansen de Turbovent. « Le coût d´utilisation de cette méthode est évalué à 0,68 euros par porc charcutier. »
Tél. +45 98 62 33 11.
©A. Puybasset

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui