Réussir porc 07 avril 2006 à 17h01 | Par Claudine Gérard

Contrôles sanitaires - Dans le Sud-Ouest, 16 % de porcs séropositifs vis-à-vis des salmonelles

Une enquête dans 224 élevages du Sud-Ouest met en évidence que 16 % des élevages sont séronégatifs vis-à-vis des salmonelles, 16 % séropositifs, les autres étant dans une situation « intermédiaire ». L´étude précise en outre les facteurs de risque de l´infection dans ces élevages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A partir de prélèvements sanguins sur des porcs charcutiers en fin d´engraissement, Roxane Rossel, de l´Inpaq(1), a pu chiffrer l´impact des salmonelles dans 224 élevages du Sud-Ouest. Seul un est qualifié de fortement séropositif (supérieur à 90 % des porcs positifs) et 36 sont séronégatifs. Quatre-vingt-un (soit 36 %) se situent à moins de 10 % de prévalence. Quant aux autres, ils se répartissent entre ces 10 % et 90 % de prévalence, sachant que 16 % d´entre eux sont supérieurs à 40 %, taux reconnu pour être celui d´une positivité. Peut-on conclure que ces élevages du Sud-Ouest sont peu ou beaucoup « contaminés » ? Difficile de répondre en l´absence de méthodes harmonisées. Des enquêtes existent dans différents pays européens. Mais ni les prélèvements ni les analyses ne sont identiques.
Dans chacun des 224 élevages du Sud-Ouest étudiés, des prélèvements sanguins ont été réalisés sur des porcs à l´abattoir. ©P. Forget

Plusieurs facteurs de risque identifiés
Roxane Rossel souligne donc qu´il faut comparer les données existantes avec prudence. Elle cite toutefois des taux de prévalence en Europe : 5 % au Danemark en 1995 lors du démarrage du plan de contrôle dans ce pays, 9 % en Allemagne, 15 % au Royaume-Uni, et 24 % en Belgique.
L´étude a permis de mettre en évidence les facteurs de risque associés à une forte séropositivité vis-à-vis des salmonelles. Le premier facteur identifié est celui du type d´élevage. Le risque est plus élevé chez les post-sevreurs et les engraisseurs, « probablement en raison d´un risque accru d´origines, du nombre de mélanges et des phases de transport qui sont autant de sources de contaminations entre animaux ».

Vient ensuite le type de sol : le risque est accru dans les élevages plein air ou avec des sols en caillebotis partiel, sur litière, plus à risque qu´avec du caillebotis partiel. « Ces types de sol favorisent le contact animaux-matières fécales », explique-t-elle. Par ailleurs, l´étude montre que l´antibiothérapie préventive en engraissement augmente le risque de séropositivité vis-à-vis des salmonelles. « Les antibiotiques ont tous une activité potentielle au niveau intestinal. Ils peuvent provoquer un déséquilibre de la flore digestive qui occasionnerait la multiplication des salmonelles. » A l´inverse, l´acidification de l´eau ou de l´aliment s´avère dans cette étude être un facteur associé à une faible prévalence en salmonelles.
D´autres facteurs de risque ont été identifiés : le contact des personnes avec des volailles (élevages intensifs ou basse-cour), la circulation de véhicules (camions d´animaux, d´aliment, équarrissage.) dans l´élevage, stockage non hermétique des cadavres. « Ces facteurs sont le reflet d´une attitude générale de l´éleveur en matière d´hygiène et de protection sanitaire de l´élevage », conclut Roxane Rossel.


Un statut qui peut vite évoluer
L´étude a été réalisée entre février 2004 et mai 2005. Qu´en est-il aujourd´hui ? La question mérite d´être posée au regard des travaux menés par Isabelle Corrégé de l´ITP.
En effet, elle a montré que le statut d´un élevage vis-à-vis des salmonelles est extrêmement fluctuant dans le temps. Sur huit élevages suivis pendant deux ans, quatre ont changé de statut vis-à-vis des salmonelles ! Sur quatre de niveaux initial « faible », deux le sont restés, les deux autres sont devenus positifs. Et sur quatre élevages à forte prévalence, deux le sont restés, et deux sont devenus plus faibles. Le plus inquiétant est que l´étude n´a pas pu expliquer ces changements de statut par des changements de pratiques. Il reste donc beaucoup de travail à accomplir dans l´étude des salmonelles, sachant que la réglementation européenne impose à chaque Etat-membre de proposer un plan de maîtrise des salmonelles en 2009 ! Il s´agira d´ici là, de connaître l´importance de la présence de salmonelles sur tout le territoire et d´identifier plus précisément les facteurs de risque, conditions de l´élaboration d´un plan cohérent.

(1) Interprofession porcine Aquitaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui