Groupe Réussir 27 novembre 2018 à 11h00 | Par Vincent Motin

Carte des fermes usines : des erreurs et de la « délation » selon la FNSEA

Greenpeace a publié une liste de 4 000 exploitations, considérées comme des « fermes usines ». La démarche de l'ONG suscite des réactions du monde agricole. Sur les réseaux sociaux, des twittos pointent des erreurs. Dans un communiqué, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs disent « stop à la délation ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La carte des fermes usines publiée par Greenpeace.
La carte des fermes usines publiée par Greenpeace. - © Capture ecran

« Comment qualifier la dénonciation publique d'agriculteurs qui exercent leur métier dans les règles de l'art, au seul motif que la taille de l'exploitation ne correspond pas à la vision qu'a Greenpeace du « modèle agricole ? », s'interroge les Jeunes Agriculteurs et la FNSEA. Les deux syndicats ont leur réponse : « stop à la délation ». Sur twitter, le monde agricole réagit. Certains dénoncent une chasse à l'homme.

La liste publiée par Greenpeace est censée pointer « toutes les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) en bovins porcins et volailles qui sont soumises à autorisation et en fonctionnement ». Greenpeace s'appuie sur une base de données du ministère de la Transition écologique et solidaire. Concrètement, l'ONG classe en « ferme usine », toutes les exploitations qui dépassent les seuils suivants : Pour l'ONG, les exploitations, qui dépassent différent aux fermes usines qui dépassent différents seuils : - plus de 750 emplacements pour les truies - plus de 2000 emplacement pour les porcs de production (de plus de 30 kg) - plus de 40 000 emplacements pour les volailles - plus de 400 vaches laitières - plus de 800 animaux pour les élevages de veaux de boucherie et/ou bovins à l'engraissement.

Méthode scientifique décriée

La FRSEA Bretagne regrette l'absence de base scientifique pour établir ce classement. Une position également défendue par la FRSEA de Normandie : "si elles figurent dans ce registre, cela signifie que ces exploitations bénéficient de l'autorisation, c'est-à-dire que l'administration a vérifié qu'elles satisfont aux obligations faites aux installations classées en matière de gestion de l'environnement, de santé et de bien-être des animaux. Que leur reproche-t-on ?".  Dans le communiqué de Greenpeace, un témoignage pointe la disproportion entre le nombre de porcs (37000 produits) et le nombre d'habitants dans la commune (402). "Comme s'il devait y avoir un lien ! Si tel était le cas, combien d'élevage faudrait-il à proximité des grandes agglomérations ? Loin de la rigueur et du sérieux dont elle se flatte, l'ONG verse dans le populisme et les arguments du café du commerce".

La Confédération paysanne a aussi réagi : Si elle "dénonce et lutte contre l’industrialisation de l’agriculture au prix parfois de lourdes condamnations par la justice, elle ne peut cependant que déplorer la teneur du dossier publié par Greenpeace sur les fermes-usines. En effet, la Confédération paysanne, qui avait publié une carte de l’industrialisation de l’agriculture en 2015 suite à ses actions contre la ferme-usine des 1000 vaches, sait que l’industrialisation des fermes ne peut se résumer au seul critère environnemental ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement) retenu par Greenpeace. Cette cartographie donne une réalité partielle et déconnectée de la réalité des fermes-usines en France. Une ferme importante en nombre d’animaux est classée ICPE mais n’est pas pour autant une ferme-usine. A l’inverse, ce critère ignore les fermes-usines en végétal, comme des serres géantes de tomates."

Des abattoirs, comme celui d'Elivia dans le Calvados, sont classés "fermes usines" par Greenpeace
Des abattoirs, comme celui d'Elivia dans le Calvados, sont classés "fermes usines" par Greenpeace - © Capture écran

Des erreurs sur la carte

Autre problème, la carte contient de nombreuses fausses informations. Des abattoirs, comme celui d'Elivia à Villers-Bocage, sont considérés comme une ferme usine. Même souci pour le marché aux bestiaux de Carentan.

 

Ces classements erronés ne concerneraient pas uniquement des outils industriels.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui