Réussir porc 09 novembre 2016 à 08h00 | Par La rédaction

Bilans comptables équivalents avec FAF et aliment complet

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'étude ne montre aucune différence significative selon le mode d’alimentation des porcs : aliment complet, FAF partielle ou FAF intégrale.
L'étude ne montre aucune différence significative selon le mode d’alimentation des porcs : aliment complet, FAF partielle ou FAF intégrale. - © Dominique Poilvet

L’étude réalisée par Triskalia, à partir de l'analyse des données de GTE (gestion technico-économique) de 2015, est-elle une énième étude de plus pour évaluer l’intérêt de la FAF (fabrication d'aliment à la ferme) ? Pas vraiment puisque son intérêt réside dans le fait que la comparaison a été faite sur les bilans comptables 2015. « Cette étude est donc novatrice puisqu’elle s’appuie sur des données à l’échelle globale de l’exploitation, prenant en compte le poste élevage et le poste culture », souligne Guillaume Mercier, Triskalia.

Bilan de l’étude : aucune différence significative selon le mode d’alimentation des porcs : aliment complet, FAF partielle ou FAF intégrale. Le prix d’équilibre global se situe en effet aux alentours de 1,31 €/kg de carcasse pour ces trois catégories d’élevages.

L’analyse détaillée montre en effet que l’avantage sur le coût alimentaire de la FAF partielle ou intégrale est en fait compensé par des charges de structure moins élevées chez les utilisateurs d’aliment complet. Avec, au final, des performances techniques identiques, l’étude ne permet donc pas d’argumenter pour l’une ou l’autre des solutions.

- © Infographie Réussir

Plus en détail, l’étude montre bien un avantage en termes de coût du kilo de croît pour les fafeurs : 0,84 €/kg avec une FAF totale, 0,88 €/kg avec une FAF partielle et 0,94 €/kg avec l’aliment complet, conséquence d’un prix moyen d’aliment qui est respectivement de 223 €/t, 235 €/t et 252 €/t. Mais les charges de structure s’avèrent plus élevées chez les fafeurs, avec 9 centimes d’euro de plus par kilo de carcasse que dans le groupe « aliment complet », dont 6 centimes liés aux charges financières.

De plus, la plus-value totale est supérieure d’un centime par kilo chez les utilisateurs d’aliment complet. Sachant que l’enquête ne met pas en évidence de différences de stratégie alimentaire sur les autres charges opérationnelles ni la marge brute végétale, les avantages d’un système sont compensés par ses inconvénients. Ce qui permet aux techniciens de Triskalia de conclure que le fait d’acheter ou pas son aliment ne constitue ni un avantage, ni un inconvénient en soi. Les autres études faites à partir des bilans comptables montrent que les leviers de compétitivité restent de toute évidence la productivité et l’indice de consommation global.

- © Infographie Réussir

Voir aussi article " Productivité et indice, le duo toujours gagnant ".

63 élevages enquêtés

Afin de constituer un échantillon homogène et pouvoir comparer les résultats, l’étude Triskalia a porté sur 63 élevages naisseurs-engraisseurs répartis sur toute la Bretagne, spécialisés à plus de 80 % en production porcine, ne produisant pas de porcs label rouge. Ils ont été classés en trois catégories selon qu’ils achetaient leur aliment complet (26 élevages), pratiquaient une FAF partielle (21 élevages) ou totale (16 élevages).

Au final, l’échantillon conduit à une moyenne d’exploitation de 85 hectares, 281 truies et 2,84 UTH. Les élevages pratiquant la FAF intégrale sont plutôt plus importants (en nombre d’hectares et de truies), mais le lien au sol exprimé en ha/truies est quasiment équivalent dans les trois groupes constitués (entre 0,30 et 0,39 ha/truie).

Le prix d’équilibre moyen issu des bilans comptables est de 1,31 €/kg de carcasse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui