Réussir porc 21 août 2014 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Aveltis calcule un avantage de 30 EUR/t en faveur de la FAF

À partir de l'analyse des GTE de ses adhérents, Aveltis démontre que le coût moyen des aliments fabriqués à la ferme a été inférieur de trente euros par tonne à l'aliment du commerce en 2013.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon l'étude GTE réalisée par Aveltis, la FAF peut améliorer la marge sur coût alimentaire par rapport à l'achat d'aliments complets.
Selon l'étude GTE réalisée par Aveltis, la FAF peut améliorer la marge sur coût alimentaire par rapport à l'achat d'aliments complets. - © D. Poilvet

En 2013, le prix moyen des aliments des adhérents Aveltis qui fabriquent à la ferme a été de 274 euros/tonne, contre 300 EUR/t pour ceux qui achètent de leur aliment sous forme farine, et 305 EUR/t pour les aliments granulés. Soit une différence de 26 à 31 EUR/t. Des chiffres divulgués aux adhérents du groupement à l'occasion du forum annuel organisé par la commission aliment Aveltis le 16 mai dernier. Les éleveurs qui utilisent des complémentaires avec leurs céréales ont un prix intermédiaire, à 284 EUR/t.

- © Infographie Réussir

Pour couper court aux contestations sur les prix des céréales retenus pour calculer le coût des formules, Thierry Lahaye, animateur technique Aveltis, souligne qu'ils sont comparables aux prix du marché de la campagne 2012-2013 : 214 EUR/t pour le blé, alors que prix payé par les acheteurs a été de 210 EUR/t ; 193 EUR/t pour le maïs, contre 190 EUR/t payé. « Par ailleurs, le coût de fabrication moyen est cohérent, à 13 EUR/t, avec des écarts allant de 8 à 27 EUR/t selon l'ancienneté des installations. », constate Thierry Lahaye.
Aveltis met aussi en évidence des écarts de performances techniques entre les groupes d'éleveurs. « Les éleveurs FAF ont un indice de consommation global inférieur de 0,1 point au groupe « aliments granulés », et de 0,07 point à ceux qui achètent de l'aliment farine ». La tendance est identique pour l'indice de consommation 8-115 kg. Les éleveurs utilisant les aliments du commerce ont en revanche de meilleures croissances sevrage-vente. Logiquement, la marge sur coût alimentaire est donc en faveur des éleveurs qui fabriquent à la ferme : 1220 euros/truie, contre 788 et 929 EUR pour les aliments complets granulé et farine. Cet écart de coût alimentaire est en augmentation depuis 2010.



- © Infographie Réussir

« Ces critères technico-économiques sont donc nettement en faveur des éleveurs qui fabriquent leurs aliments », analyse Thierry Lahaye, qui souligne cependant les contraintes de la FAF. « La taille des élevages doit être suffisante pour investir dans une fabrique performante, avec assez de stockage pour acheter au bon moment. Il faut aussi pouvoir utiliser plusieurs matières premières, protéiques notamment, pour optimiser les formules. » L'éleveur fabricant à la ferme doit également compter le temps passé aux achats, à la formulation et à la fabrication des aliments. « L'utilisation de complémentaires est un bon compromis pour certains, à condition de privilégier les 25 % qui contiennent plus de tourteau de soja. Si un complémentaire 50 % est nécessaire en engraissement, il faut travailler avec un croissance et un finition pour respecter les normes Corpen et obtenir des formules équilibrées. » Aveltis rappelle aussi qu'il est possible pour ce type d'aliments de contractualiser ses achats. Depuis deux ans, un groupe d'éleveurs adhérents Aveltis et utilisateurs de complémentaires 25 % organisent tous les six mois un appel d'offres à prix fixe auprès des fabricants d'aliment.

- © Réussir

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui