Réussir porc 22 novembre 2005 à 16h14 | Par Claudine Gérard

Après la sélection quantitative - La connaissance des gènes ouvre d´immenses perspectives de sélection

Pour ses 20 ans, Cobiporc a organisé un colloque autour de la connaissance des gènes du porc. Des applications existent déjà. Mais les perspectives de sélection et les retombées pratiques attendues sont très vastes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Connaître le potentiel génétique d´un porc, et pouvoir faire de la sélection sur des critères tels que la résistance aux maladies, le tout par le simple examen de ses gènes, cela ressemble à de la science-fiction. C´est pourtant ce que la connaissance du génome laisse espérer. Car, depuis des décennies, le progrès génétique a été obtenu grâce à la sélection quantitative, c´est-à-dire à l´analyse des performances des animaux et de leurs descendants. Mais aujourd´hui, et surtout demain, la connaissance des gènes - la génomique - sera un outil majeur de sélection, complémentaire à la génétique classique, mais plus rapide, moins cher et plus efficace sur certains caractères. C´est le message passé par Anne Lacoste, ingénieur ITP, qui souhaite « démystifier et expliquer » la génomique.
La base, c´est la connaissance de la « boîte noire » que constitue le patrimoine génétique des porcs, à savoir l´ADN, propre à chaque individu, qui contient toute l´information héréditaire, et qui est présent dans toutes les cellules. Chez le porc, ce sont environ 30 000 gènes à explorer avec la perspective de pouvoir prédire, par l´examen d´un seul poil, la valeur génétique d´un animal.
Nous n´en sommes qu´au début d´une aventure qui s´annonce riche. Déjà, certaines applications existent. Anne Lacoste rappelle que la génomique est utilisée pour le contrôle de paternité - comme chez les humains -, pour des verrats entrant en CIA ou des verrats de ferme.

Sélectionner par l´examen d´un seul poil
« Le contrôle de filiation est fondamental pour la fiabilité de la valeur génétique et pour la diffusion du progrès génétique », souligne-t-elle. La génomique est aussi appliquée pour le contrôle d´anomalies génétiques. Face à un verrat « douteux », la « mise à plat » de son génome permet de déceler des chromosomes anormaux. Et il y en a ! A l´ENV(1) de Toulouse, où l´on réalise le caryotype des porcs, c´est-à-dire l´observation de leurs 19 paires de chromosomes, on a recensé 4 nouvelles anomalies entre juillet 2004 et février 2005. A l´avenir, des gènes précis responsables de hernies scrotales, d´anus imperforés, de baisse de fertilité, de palais fendu seront identifiés. Autant de « tares » qu´il est alors facile d´éliminer en remontant la filiation et en écartant les reproducteurs concernés. Outre les gènes responsables d´anomalies, quelques gènes sont déjà connus et utilisés commercialement. Ils concernent la qualité des carcasses (Hal-Rn, IGF2, MC4R) ou certains critères de reproduction (PRLR, ESR).
Voila pour le présent. Mais l´avenir se révèle très prometteur. La sélection sur les gènes permettra en effet la sélection de porcs sur des caractères que la sélection quantitative ne peut pas, ou difficilement, réaliser pour diverses raisons : des caractères difficilement mesurables comme la résistance aux maladies, ou de faible héritabilité comme la qualité de la viande, ou encore des caractères qui s´expriment tardivement, comme la capacité laitière, ou qui ne peuvent être mesurés que sur des animaux morts, en particulier tous les aspects de carcasse.
Tout cela deviendrait possible et plus rapide grâce à la sélection sur les gènes. Et l´on peut imaginer sélectionner ainsi des animaux plus résistants aux maladies, ou encore sans odeur sexuelle. « Le rêve serait de pouvoir prédire la valeur génétique d´un animal de manière très fiable, sans mesurer ses performances », avance Anne Lacoste.
Le test des verrats terminaux pourrait être complété par des tests de marqueurs génétiques. ©C. Gérard

Des histoires de gros sous
Et tout cela serait possible à un coût normalement plus faible que celui d´une sélection quantitative, sélection qui demande du temps - des générations d´animaux -, des mesures, des pesées. Mais attention ! La sélection par les gènes peut aussi devenir très chère, pour d´autres raisons. En effet, nous voila face à des découvertes « brevetables », donc avec un accès payant. Ainsi lorsqu´une équipe de chercheurs découvre un gène à l´origine d´un caractère, il est en mesure de le breveter. et d´exiger des royalties sur toute analyse de ce gène. « C´est déjà le cas dans le domaine de la sélection végétale, où la connaissance des gènes est à 80 % aux mains de trois groupes privés », prévient Bertrand Hervieu, ancien président de l´Inra, invité au colloque.
« S´accaparer la connaissance, c´est s´accaparer les marchés. » Or la France ne semble pas encore avoir mesuré les enjeux des prochaines décennies. Certes, quelques programmes de recherche sont lancés : un projet sur la fertilité des verrats et une étude du génome des populations porcines françaises. Mais d´autres pays, notamment l´Amérique du Nord, avancent plus vite. Et risquent bien de s´accaparer la connaissance des gènes et les marchés qui en découlent. D´où l´appel de Serge Paran, éleveur de bovins, président de l´UNCEIA(2), et convaincu de l´intérêt et de l´essor de la sélection sur le génome dans toutes les espèces : « Ne vous laissez pas distancer ! En génétique, le retard est difficile à combler ! ».

En savoir plus
 Gêne : unité définie localisée sur un chromosome, et responsable de la production de caractères héréditaires ;
 Chromosome : chacun des éléments essentiels du noyau cellulaire (...) porteurs de facteurs déterminants de l´hérédité.
 Marqueur : caractéristique qui dénote spécifiquement l´existence d´un gène ou d´une maladie.
 Caryotype : arrangement caractéristique des chromosomes d´une cellule, spécifique d´un individu ou d´une espèce.
 ADN : acide desoxyribonucléique, constituant l´essentiel des chromosomes, support matériel de l´hérédité.
Source : Le Petit Robert

(1) ENV : École Nationale Vétérinaire
(2) UNCEIA : Union Nationale des Coopératives d´Elevage et d´insémination animale

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui