Réussir porc 03 octobre 2006 à 15h18 | Par Réussir Porcs (D. Poilvet)

Aliments à la ferme - Porcs : la soupe en post-sevrage afin de mieux valoriser le maïs humide

La distribution soupe en post-sevrage permet d´incorporer jusqu´à 40 % de maïs humide dans l´aliment 2e âge.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2004, le Gaec La Blanche en Loire-Atlantique a opté pour la soupe en post-sevrage, dans le but notamment de valoriser plus de maïs humide. Après un sevrage à 21 jours, les porcelets sont logés pendant 18 jours dans une nurserie, où ils reçoivent à sec un aliment pré-starter du commerce, puis un 1er âge fabriqué à partir d´un noyau 50 %. Dans les jours qui suivent leur transfert vers le post-sevrage, la distribution de ce premier âge continue dans des Maxitolva, la quantité étant définie en fonction du poids des porcelets. « Il est essentiel de peser les porcelets lors de leur transfert », insiste Olivier Jaunet, un des deux éleveurs du Gaec. La distribution du 2e âge en soupe commence à 13,5 kg de poids vif. « Comme en engraissement, nous suivons la règle des 50 grammes d´aliment par kilo de poids vif pour calculer la ration de base. Ensuite, l´augmentation de la ration se fait essentiellement à l´oeil ; il est nécessaire de bien surveiller les auges, pour que l´aliment soit consommé dans la demi-heure qui suit la distribution. » Au bout de 10 jours, la ration atteint généralement 1 kg par porcelet (progression de 30 g/jour). La dilution est fixée à 2,5 litres/kilo d´aliment.
Les porcelets sont alimentés à la soupe en auges longues et disposent de 15 cm de longueur d´auge chacun. ©D. Poilvet

« Nous coupons les abreuvoirs quand ils atteignent 25 kg de poids vif pour maintenir les caillebotis propres. » La soupe est fabriquée trois fois dans la journée, chaque préparation étant distribuée en deux séquences à deux heures d´intervalle. « Il y a 600 porcelets en moyenne en post-sevrage », calcule Olivier Jaunet. « La machine à soupe doit préparer au minimum 300 litres de soupe par préparation. Une quantité suffisante pour un dosage des matières premières et des minéraux précis », estime-t-il. Depuis que les porcelets sont alimentés en soupe, les éleveurs notent une nette amélioration de l´état sanitaire du troupeau. « Les troubles digestifs de type iléite hémorragique ont disparu », témoignent-il. Une évolution qui va de pair avec un taux de perte qui a fortement baissé (1,7 %) et des croissances en progression constante (près de 500 g/j).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui