Réussir porc 04 septembre 2009 à 15h43 | Par D.Poilvet

Alimentation des porcelets - De la soupe dès 9 kilos avec l'Aérosoup

Conçu pour fabriquer et distribuer de petites quantités de soupe, l’Aérosoup d’Acemo exprime pleinement son potentiel en postsevrage. Témoignage de Gérard Teillac, éleveur en Dordogne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © dp

Depuis octobre 2008, date de la mise en service de son post-sevrage de 2 000 places, Gérard Teillac, éleveur à la tête de 500 truies NE à Saint- Crépin en Dordogne, alimente ses porcelets en soupe dès 9 kg avec l’Aérosoup d’Acemo. Comme dans la plupart des élevages de dimension importante de la région, l’aliment est fabriqué à la ferme, avec notamment du maïs humide stocké sous forme inertée dans deux silos tours. L’un des objectifs prioritaires de l’éleveur est de valoriser ses matières premières dans un maximum de formules, afin de limiter le coût alimentaire. De plus, l’acidité du maïs humide est un plus pour lutter contre certaines pathologies digestives du porcelet. Pour valoriser cette matière première, la distribution des aliments en soupe est nécessaire, voire indispensable. « Distribuer de la soupe dès neuf kilos de poids vif me permet d’élaborer une formule 2e âge avec 17 % de maïs humide », souligne Gérard Teillac. Ici, les porcelets sont sevrés à 21 jours. Ils passent 3 semaines dans une nurserie où ils reçoivent de l’aliment 1er âge à sec dans des nourrisseurs et des maxitolva. Les plus petits reçoivent un aliment préstarter sous forme de bouillie, ce qui facilite le démarrage en consommation. « C’est en voyant la facilité avec laquelle ces porcelets consomment l’aliment humidifié que j’ai définitivement opté pour la soupe en post sevrage », ajoute-t-il. Les caractéristiques techniques de l’Aérosoup ont également conforté l’éleveur dans son choix.    « Je peux gérer très précisément l’alimentation des porcelets auge par auge. Cette gestion me permet d’élaborer un plan d’alimentation multiphase indépendant pour chaque case, avec une quantité d’aliment déterminée en fonction du poids des animaux. » Les porcelets reçoivent successivement de l’aliment 1er âge, 2e âge puis nourrain, jusqu’à leur transfert en engraissement à 38 kg. La soupe est diluée à 2,55 litres/kg. Par ailleurs, Gérard Teillac souligne que l’absence de soupe dans les canalisations et la cuve entre chaque distribution est un point positif. « C’est une assurance sanitaire et technique, qui supprime tout risque de prolifération de germes pathogènes entre chaque distribution. » La distribution dans les auges avec les sondes de niveau est gérée par un ordinateur Winfarm. La ration journalière est distribuée sur trois périodes de la journée, qui débutent à 4 heures, 9 heures et 14 heures. Ces périodes de distribution durent 4 heures. « Il faut respecter une période de repos diurne pour les porcelets et le matériel », juge Gérard Teillac.A chaque repas, les porcelets peuvent recevoir jusqu’à 33 % de leur ration. Mais s’ils n’ont pas tout consommé lors d’un repas, la quantité de soupe non distribuée est affectée au repas suivant. Chaque distribution ne peut dépasser 15 % de la ration journalière, afin de fractionner les apports et permettre à tous les porcelets de la case d’avoir accès à l’auge sans conflits. Pour Gérard Teillac, il faut prévoir 8 cm d’auge par porcelet. « C’est un minimum qui permet d’assurer un accès correct à l’auge pour tous les animaux de la case. Mais il n’en faut pas plus pour que la répartition de la soupe dans l’auge soit bonne. » Pour ne pas alimenter simultanément tous les animaux en même temps avec un aliment donné, l’ordinateur optimise la distribution en donnant la priorité aux cases qui ont déjà commencé leur repas. « Les 2 000 porcelets du bâtiment ne sont donc pas tous dérangés au même moment, et la durée des repas pour chaque case s’en trouve limitée », souligne l’éleveur. Les rations distribuées suivent une courbe d’alimentation. L’éleveur a également la possibilité d’ajuster la ration en jouant sur le pourcentage distribué. La distribution étant gérée par des sondes d’auge, il est possible de s’approcher d’une distribution a volonté. Après 6 mois d’utilisation, Gérard Teillac et son associé, Jean Pierre Ebrouwer, se disent totalement satisfaits de l’installation. Les performances techniques sont sans appel : 1.89 d’indice de consommation, 547 g/j de GMQ et seulement 1.2 % de pertes entre 9.5 et 38 kg.

Gérard Teillac, éleveur à St Crépin (Dordogne)

"Optimiser la distribution d'aliment"

« J’ai eu l’opportunité de refaire l’intégralité de la distribution de l’aliment en post-sevrage suite à un incendie qui avait totalement détruit mon ancien bâtiment en 2008. Le choix de la soupe s’est imposé naturellement dans l’optique de valoriser au maximum les aliments fabriqués sur place en général, et le maïs humide en particulier. Cela me permet d’incorporer cette matière première jusqu’à 40% dans la formule nourrain. Outre son prix intéressant dû à la possibilité de le stocker sans séchage sous forme inertée dans deux silos tours en acier vitrifié, ses caractéristiques nutritionnelles, son appétence et son acidité qui assure une meilleure maîtrise des pathologies en font une matière première de choix qu’il serait dommage de sous-utiliser, notamment en post-sevrage. Par ailleurs, la possibilité de gérer les rations auge par auge apporte un plus technique intéressant. Enfin, l’utilisation de l’Aérosoup s’avère très simple et demande peu d’entretien. Dès que possible, j’installerai une alimentation soupe pour les porcelets sevrés en nurserie. Cela devraitme permettre d’optimiser les croissances sur cette période, à condition de pouvoir travailler avec des dilutions faibles (2,2 litres/kg d’aliment). »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui