Réussir porc 01 février 2018 à 01h00 | Par Dominique Poilvet

2016, une année de rattrapage

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour de nombreux éleveurs de porcs, " l'amélioration de la conjoncture a essentiellement permis de renflouer les pertes des années précédentes. "
Pour de nombreux éleveurs de porcs, " l'amélioration de la conjoncture a essentiellement permis de renflouer les pertes des années précédentes. " - © Claudine Gérard

La publication par Commission des comptes de l’agriculture de la Nation des résultats financiers des exploitations porcines en nette hausse en 2016 (EBE de 93 400 euros et résultat courant avant impôts de 51 900 euros par actif non salarié), a fait réagir la plupart des organisations professionnelles agricoles. Toutes soulignent que cette embellie ne constitue qu’un rattrapage des années de crise qui l’ont précédé. « Une fausse bonne nouvelle » pour la FNSEA qui estime que « la France, qui se remet à peine des crises qu’elle a affrontées ces deux dernières années, n’est toujours pas en mesure de renouer avec les investissements qui risquent de reculer pour la cinquième année consécutive ». De même, le président d’honneur de la CR, François Lucas, explique que « nous les agriculteurs, de plus en plus endettés, sommes très loin de nous y retrouver ! Penser que l’agriculture française se porte mieux serait une erreur ».

Renflouer les pertes des années précédentes

Faisant référence à un article du Monde qui qualifiait les éleveurs de porcs de « grands gagnants » des comptes de l’agriculture 2016 et 2017, la Fédération nationale porcine s’insurge : « Mais grands gagnants de quoi ? Du droit de vivre de leur métier enfin, après dix ans de crise et une perte de 10 % de la production ? ». La FNP rappelle que, pour bon nombre d’éleveurs « l’amélioration de la conjoncture a essentiellement permis de renflouer les pertes des années précédentes, et cela n’a pas suffi pour tous ». Pour l’année 2016, la FNP met d’ailleurs en avant la forte disparité des résultats publiés, « avec des revenus encore négatifs pour une part des éleveurs de porcs », et un très fort recul de l’investissement. "L’attente est forte quant aux évolutions qui ressortiront des EGA pour trouver de nouvelles relations au sein des filières afin d’en faire vivre plus durablement tous les maillons".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui