Aller au contenu principal

Grande distribution
Les agriculteurs maintiennent la pression sur la mention de l'origine des produits alimentaires

Plusieurs opérations de stickage des produits alimentaires dans les grandes surfaces se sont déroulées en octobre. Les agriculteurs veulent que la réglementation soit respectée et restent vigilants.

Opération de stickage dans une grande surface de l'Orne pour sensibiliser les clients à l'origine de la viande de porc. (2010 - archives)
© DR

Les producteurs ne relâchent pas la pression sur l’étiquetage de l’origine des produits dans les supermarchés. Ces derniers jours, ils ont organisé des opérations de contrôle et de communication dans les magasins.

A Abbeville, dans la Somme, une délégation conduite par Isabelle Brunet, présidente de la commission des agricultrices de la FDSEA, les visites de deux enseignes ont été organisées le 18 octobre. « Au-delà de 8% de viande et /ou 50 % de lait contenu dans un produit transformé, l’obligation d’indiquer l’origine de la viande et/ou du lait s’applique », rappelle l’Action agricole picarde. Les agricultrices ont donc posé beaucoup d’étiquette vertes « Je sais d’où ça vient » mais aussi quelques étiquettes rouges « Je ne sais pas d’où ça vient ».

L’intégralité de l’article est à lire dans L’Action agricole picarde.

 

En Corrèze, une opération de stickage a également eu lieu le 18 octobre sous la houlette de la FDSEA et des JA. L'info est transmise dans un Tweet de France Bleu Limousin.

 

 

A Angers, plusieurs opérations du même type ont eu lieu durant la semaine du 15 octobre. « Des délégations d’agriculteurs sont allées rendre des visites surprises aux grandes surfaces », indique L’Anjou agricole. L’opération visait à « contrôler si l’origine des produits était bien identifiée » mais également « vérifier les promotions et les affichages » et aussi « discuter avec les responsables des magasins des négociations commerciales à venir ». Bilan : « on s’aperçoit que les mauvaises habitudes reviennent vite, malgré les beaux discours », lance Mathieu Delanoë dans le journal départemental.

L’intégralité de l’article est à lire dans L’Anjou agricole.

 

En Eure-et-Loir, les agriculteurs ont choisi de sensibiliser les consommateurs à l’origine des produits alimentaires qu’ils mettent dans le caddie de manière différente. En posant des panneaux dans les parcelles cultivées où l’on peut lire « Votre alimentation commence ici », dévoile le journal Horizons. Une centaine de panneaux vont être installés dans le département. Dans la région, c’est au total un millier de panneaux, banderoles ou de bâches qui devraient être installés le long des axes routiers les plus fréquentés.

L’intégralité de l’article est à lire dans Horizons.

 

 

Les plus lus

Les Touristes
Les touristes, mission agriculteurs : pourquoi le directeur du lycée agricole a validé l'émission d'Arthur sur TF1
Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie a accueilli en immersion cinq humoristes et une ancienne miss France pour…
Ecole Hectar
Hectar : l’enseignement agricole public manifeste contre l’école de Xavier Niel
Treize organisations syndicales et associations de l’enseignement agricole public appellent à manifester ce mardi 29 juin dans…
Farming simulator
On en sait plus sur la sortie de Farming Simulator 22
Le jeu de simulation agricole, déjà en précommande, sortira le 22 novembre 2021. Son éditeur Giants Software annonce la…
Première mondiale - Une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles annoncée pour 2022
L’entreprise normande RecyOuest a annoncé le 9 juillet son projet de construction d’une usine de recyclage des ficelles et filets…
Hélène Thouy
Parti animaliste : cinq choses à savoir sur Hélène Thouy candidate à la Présidentielle
Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, s’est déclarée le jeudi 1er juillet dernier candidate à l’élection…
Moissons 2021 : premières impressions mitigées et craintes pour la suite
Certains n’ont pas commencé, d’autres sont en pleine récolte. Les moissons 2021 ont pris du retard en raison des pluies de début…
Publicité