Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Dans les Pays de la Loire
Un outil pour analyser son coût de production

Eleveurs et techniciens disposent désormais de repères
précis pour analyser le poids de différents postes dans le prix de revient du litre de lait,
en fonction du système de production et du potentiel des terres.

Les éleveurs des Pays de la Loire disposent désormais d’un tableau de bord pour piloter leur exploitation. Les chambres d’agriculture et l’Institut de l’élevage(1) ont en effet élaboré pour les différents systèmes de production de cette région un ensemble de 23 fiches techniques(2) qui détaillent le prix de revient et le coût de production du litre de lait poste par poste.

Ce référentiel technico-économique s’appuie sur les observations réalisées dans les 80 exploitations de référence des réseaux d’élevage de la région. Chaque éleveur peut donc disposer d’une grille de repères correspondant à son système et ainsi, en la comparant avec ses propres chiffres, cerner là où les efforts sont à fournir.

325 À 350 €/1 000 L DE PRIX DE REVIENT

Attention toutefois de bien regarder comment sont calculés certains critères, tels que les amortissements bâtiment et matériel par exemple, pour comparer des choses comparables. Une méthode nationale de calcul du coût de production a été présentée au Space. Cette méthode, mise à disposition des éleveurs et techniciens, est celle sur laquelle s’appuyent les fiches des Pays de la Loire. Ont été retenus pour le calcul du coût de production les charges opérationnelles, les charges de structure, et une rémunération des capitaux (3 %) et du travail (25000 € pour 2200 heures). Rappelons que le prix de revient est calculé à partir du coût de production en enlevant le produit viande et les aides PAC (les DPU liées à la SFP et les aides couplées).

Au final, il y a peu d’écarts de prix de revient du litre de lait entre systèmes, constatent les techniciens qui ont mené cette étude. Dans le contexte de prix des matières premières 2008, le prix du lait nécessaire pour rémunérer l’éleveur 25 000 €/an tourne entre 325 et 350 euros pour 1 000 litres, pour des exploitations avec une conduite cohérente et optimisée.

Par contre les différents postes qui composent ce prix de revient peuvent varier de façon importante d’un système à l’autre. Les systèmes herbagers sont plus économes en charges opérationnelles : l’écart est de 20-25 €/1 000 litres. Le coût alimentaire par exemple passe de 80 €/1000 litres à 72 €/1 000 litres et 66 €/1 000 litres suivant que l’on est en système « silo ouvert » ou « silo fermé » ou « herbager » mais avec des logiques de production différentes (8 000 l, 7 300 l, 6 600 l). Ces chiffres correspondent à un potentiel moyen des sols, mais l’écart est le même pour les sols à bon potentiel.

AU FINAL, PEU D’ÉCARTS ENTRE SYSTÈMES

À l’inverse, les charges de structure (foncier, bâtiment) ont tendance à s’accroître avec les systèmes moins productifs. Au final, les charges de structure tamponnent donc fortement les écarts de charges opérationnelles.

L’impact de l’évolution du coût des matières premières n’est par contre pas le même d’un système à l’autre. L’augmentation de 42 % du prix du correcteur entre 2006 et 2008 a entraîné en système herbager une augmentation du coût alimentaire de 6 % contre 11 % en système silo ouvert.

Ce référentiel fournit des références techniques précises sur le fonctionnement des troupeaux mais également des repères importants sur le travail (3 130 heures/an pour le lait dans notre exemple), les consommations d’énergie (77 équivalents fuel/1000 l dans notre exemple), la préservation de l’environnement et aussi les résultats économiques (jusqu’à l’EBE et au revenu). Il devra être régulièrement actualisé. ■

(1) Initié par le comité de pilotage régional Recherche Lait en 2007. (2) Sept fiches publiées lors d’une journée de présentation le 26 juin dernier, l’ensemble devant être disponible cet automne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Motiver et fidéliser le salarié
Quand un salarié fait l’affaire, on tient à le garder. Outre le salaire, la motivation et la fidélisation passent aussi par de la…
Vignette
« Le maïs épi sécurise notre exploitation au potentiel limité »
Laurent et Gérard Mirmand achètent du maïs épi pour produire plus de lait que ne le permettrait leur système herbager. Un choix…
Vignette
Anticiper et organiser le travail de chacun
Travailler efficacement avec un salarié amène à mettre à plat l’organisation du travail, formaliser les tâches de chacun au…
Vignette
« Employer un salarié, ça s'apprend »
Dans le Puy-de-Dôme, pour Vincent Chazal, il faut organiser le travail et prendre le temps de bien expliquer la façon de le faire…
Vignette
Recruter en adéquation avec ses besoins
Trouver le salarié qui correspond à ses attentes nécessite de professionnaliser le recrutement, comme le fait toute entreprise.…
Vignette
Définir ses besoins en matière de travail
Avant d’embaucher un salarié, il est important de déterminer ce qu’on attend de lui afin de mieux cerner son profil. Ce qui passe…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière