Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Nous pratiquons le semis de maïs bi-variétés »

Dominique David, au Gaec Cour du Tremblay, dans le maine et Loire

« Cela fait trois campagnes que nous semons une association de deux variétés de maïs au lieu d’une seule. Notre réflexion a commencé en 2006. Cette année-là, nous avions déchanté suite au faible rendement en maïs fourrage. La variété que nous utilisions et qui marchait bien d’habitude, avait mal fécondé. Or, d’autres variétés semées en même temps avaient, elles, bien résisté. D’où l’idée de semer un binôme variétal pour assurer une régularité de rendement.

En parallèle, notre coopérative a mené des essais grandeur nature sur des couples variétaux, en visant une complémentarité agronomique. Par exemple, des variétés résistantes aux conditions climatiques difficiles sont associées à d’autres plus productives. Nous semons uniquement des couples variétaux d’indices de précocité proches, qui ont été validés au préalable par la coop en essais pluriannuels.

Parmi les couples testés, seulement un sur deux répond positivement en rendement. Alors pas question de se lancer tout seuls ! En moyenne, il y a 2 à 3 % de rendement supplémentaire. Nous ne le vérifions pas à l’oeil nu, mais par contre en conditions difficiles les binômes utilisés ont pour l’instant bien tiré leur épingle du jeu. C’est une sécurité qui ne coûte pas plus cher qu’un semis classique. Nous semons les deux variétés en alternance trois rangs par trois rangs.

TOUS LES BINÔMES VARIÉTAUX NE S’AVÈRENT PAS PROBANTS

Sur 65 hectares de maïs, quatre binômes différents vont être semés. D’habitude, le rendement moyen tourne autour de 11 tMS/ha. Visuellement, les différences entre variétés apparaissent nettement au champ. Parfois, une variété semble moins vigoureuse à la levée, puis finalement le rapport s’inverse en cours de culture.

Cette pratique présente aussi un intérêt sur le plan nutritionnel pour les laitières. Les variétés mariées sont complémentaires et il y a une meilleure homogénéité du fourrage au silo. Les variétés aux caractéristiques alimentaires différentes sont mélangées dès la récolte et le passage d’une variété à une autre, sans transition alimentaire au fil de l’avancement du silo, se fait plus en douceur. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Des sorghos pour différents usages
Monocoupes ou multicoupes, avec du grain ou pas, avec caractère BMR ou pas... Arvalis rappelle les différences entre les sorghos…
Vignette
Avez-vous trouvé des solutions pour pallier le manque de paille ?
Cette année, la paille est rare et chère. Beaucoup d’entre vous ont pris les devants pour ne pas être pris au dépourvu et ont…
Vignette
RoboMat valorise les données de votre robot de traite
Développée par Seenergi, cette application utilise des données des robots de la plupart des marques pour optimiser les conseils…
Vignette
" PâturNET nous a aidés à trouver des dates clés pour gérer le pâturage"
Dans le Doubs, Quentin Tournier a testé, comme une vingtaine d'éleveurs, un outil web d'aide à la décision. Il y gagne une…
Vignette
« On n’a pas le droit à l’erreur durant la phase 0 à 2 mois »
Nutritionniste aux États-Unis, Franck Gaudin a fait part de ses préconisations sur l’élevage des veaux lors d’une conférence…
Vignette
Anomalies génétiques, la recherche contre-attaque
Grâce à la génomique, de plus en plus d'anomalies sont détectées. Leur intégration dans l'ISU et la maîtrise du risque lors des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière