Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Camembert de Normandie
La guerre du lait cru doit cesser

Les producteurs réclament la fin du conflit entre les fromageries. D’autant que le dossier de révision du cahier des charges avance à grands pas.

Lors de leur assemblée générale, les producteurs bas-normands de lait AOC ont réaffirmé leur désir d’apaisement dans les hostilités qui opposent les fromagers entre eux sur la question du lait cru. « Nous ne participons pas à cette volonté de s’affronter, rappelle Patrick Mercier, président de l’union des associations de producteurs pour la défense des AOC Camembert de Normandie, Pont-L’Évêque et Livarot. Nos AOC sont aujourd’hui en pleine évolution et la réforme de l’Inao doit nous aider à rehausser et rentabiliser nos filières, sous réserve de donner à nos cahiers des charges de la substance. Je pense qu’il n’y a pas d’AOC forte sans cahier des charges conséquent. »

AMÉLIORER LA FLORE NATIVE
« Il est réducteur de limiter la caractérisation du camembert AOC à la simple question du lait cru alors qu’il existe bien d’autres facteurs. » De fait, la transmission du goût par la flore native a été réduite au nom de la sécurité alimentaire. Conséquence des efforts des producteurs en matière d’hygiène, la présence bactériologique a chuté à 3000 germes totaux par millilitre en moyenne. Remettre en action une flore aussi faible après 48 heures au froid relève, selon Patrick Mercier, d’un véritable défi. De plus, la part de la race Normande et la proportion d’herbe dans l’alimentation ont été divisées par deux en 20 ans, faute d’être précisées au précédent décret de 1986.
Nul doute que ces aspects seront abordés lors de l’examen des réclamations issues de l’enquête publique qui vient de s’achever. Cette analyse durera deux mois. Il s’agira ensuite de faire des propositions à la commission d’enquête qui, dans le cadre de cette toute nouvelle « procédure nationale d’opposition » issue de la réforme des AOC, arrive en fin d’instruction.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Négociations commerciales : premiers retours plutôt positifs de Coop de France Métiers du Lait
A quelques semaines de la fin des négociations commerciales sur les marques, les coopératives laitières constatent une meilleure…
Vignette
Les livreurs Lactalis de l'Ouest peuvent obtenir des volumes

Le transfert de volume contractuel est à nouveau possible, jusqu'au 1er

Vignette
Seconde vague de départs chez DMK
La coopérative allemande DMK fait face en faisant tourner ses unités à façon pour Arla et FrieslandCampina.
Vignette
Rompre l’isolement avec Solidarité Paysans
3 000 familles en difficulté sont accompagnées chaque année par les 80 salariés et 1 000 bénévoles de l’association.
Vignette
Lactalis et l'OP Lait bio Seine et Loire s'accordent sur un prix à 473 €

Le prix du lait de base bio moyen sera de 473 €/1000 l pour l'année 2019, soit une hausse de 5 euros par rapport à 2018. Cet…

Vignette
L'effet des EGA sur le prix du lait peut-il être durable ? 
La question est posée à Stefan Nether, de ODA Groupe
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière